2 min de lecture Élysée

Emmanuel Macron : "Le rapport de force a changé en sa défaveur", selon Alain Duhamel

DÉBAT - Emmanuel Macron va-t-il pouvoir continuer d'engager ses réformes, après la crise des "gilets jaunes" ? Réponses et analyses avec Alain Duhamel, Alba Ventura, Elizabeth Martichoux et Nicolas Domenach.

debat On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Emmanuel Macron : "Le rapport de force a changé en sa défaveur", selon Alain Duhamel Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
La rédaction de RTL et Marie-Pierre Haddad

Et maintenant ? Qu'est-ce qui attend Emmanuel Macron pour la suite de son quinquennat ? A-t-il convaincu les "gilets jaunes" ? Selon Alain Duhamel, "la question était de savoir s'il y aurait une inflexion sociale et il y a eu une inflexion sociale. Elle portait même sur des points qui n'étaient pas évidents la veille. Est-ce qu'il y a un ton différent ? Ce n'était peut-être pas le ton idéal. On ne retrouvait pas le mélange d'élan et de sensibilité de la campagne présidentielle, mais il y avait une volonté de compréhension". 

D'après Elizabeth Martichoux, Emmanuel Macron a fait du "en même temps". "En même temps, il a montré qu'il était lucide et qu'il était capable de renoncer à des mesures qu'il avait lui-même décidées et ça n'a rien de banal pour lui" (...) et en même temps "il ne change pas de cap : il a épargné les entreprises, a dit qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF... Il a montré qu'il pouvait se réviser lui-même et ça n'a rien de banal".

La fin de la méthode Macron ?

Est-ce que le quinquennat d'Emmanuel Macron peut se poursuivre ? "Ça sera plus difficile puisque le rapport de force a changé. Jusqu'à présent, il faisait des réformes, il y avait des oppositions, il passait outre et il les imposait. Là, c'est l'inverse qui s'est produit. Le rapport de force a changé en sa défaveur", répond Alain Duhamel.

Selon Alba Ventura, il est "très compliqué de connaître l'avenir et de savoir comment il va pouvoir manœuvrer. Le climat n'est pas suffisamment apaisé pour dire 'on repart sur des réformes". 

La fin de la droite au gouvernement ?

À lire aussi
Valéry Giscard d'Estaing, le 11 janvier 2010. Valéry Giscard d'Estaing
Les infos de 6h30 - Valéry Giscard d'Estaing : ce que l'on sait de son hospitalisation

Le rapport de force a incontestablement changé au sein du gouvernement, note aussi Nicolas Domenach. "La droite de Bruno Le Maire et d'Édouard Philippe n'est plus dans le même rapport. Ils ont perdu. La majorité elle-même, qui ne comptait pour rien, maintenant ils vont vouloir peser". 

La question reste de savoir si Édouard Philippe est menacé par Emmanuel Macron ou si "Édouard Philippe a des tentations de prendre du champ (...) Il a été pris hier à contre-pied du discours du président de la République", relève Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée Vidéo Gilets jaunes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants