1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emmanuel Macron abandonne sa réforme d'une retraite à points pour une retraite à 65 ans
2 min de lecture

Emmanuel Macron abandonne sa réforme d'une retraite à points pour une retraite à 65 ans

Le Président veut repousser à 65 ans le départ à la retraite, avec 1.100 euros de pensions minimum. Il signe donc l'abandon de la réforme de la retraite à points.

Emmanuel Macron à Poissy, le 7 mars 2022
Emmanuel Macron à Poissy, le 7 mars 2022
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Retraites : le curseur à 65 ans
00:03:31
Retraites : le curseur à 65 ans
00:03:31
Martial You - édité par Lison Bourgeois

Ça devait être la mère de toutes les réformes. Ce sera finalement la première de toutes les réformes du second mandat. Cela fait des mois maintenant que l'idée d'une réforme des retraites avant la fin du quinquennat avait été abandonnée. Mais Bruno Le Maire militait pour que ce soit le premier dossier de 2022. Avec un light motive : "Les français vont devoir travailler plus", soit "travailler plus longtemps".

L'idée d'Emmanuel Macron est de profiter du souffle de la réélection. Ne pas recommencer l'erreur d'attendre et de s'enliser dans un mouvement social interminable. 65 ans, ça laisse deux quinquennats tranquilles. Car la réforme se fera progressivement sur 9 ans, à raison de 4 mois de plus tous les ans.

À 64 ans, selon les projections du Conseil d'Orientation des Retraites, on équilibrait les comptes sur les prochaines années. À 65 ans, on se donne une marge financière qui permet de financer la dépendance. L'affaire ORPEA nous a sauté au visage. La cinquième branche qui doit prendre en charge le grand âge est repoussée quinquennat après quinquennat depuis Nicolas Sarkozy.

Oublie-t-on la suppression des régimes spéciaux aussi ?

Il y a quelques temps, une des ministres du gouvernement disait que la plupart des grands régimes spéciaux étaient en train de disparaitre d'eux-mêmes. À la RATP, c'est fini ! C'est la fameuse clause du grand-père. Les nouveaux entrants ne bénéficient plus du statut et des régimes spéciaux. À la SNCF, même chose, depuis 2020 et le nouveau statut de la compagnie. 

À lire aussi

Le public s'aligne progressivement sur le privé. Donc ce qui va se passer, c'est qu'on va nous dire qu'on supprime les régimes spéciaux qui sont déjà en train de disparaitre. Et on adoucira la réforme en annonçant un montant minimum de pension à 1000 euros sur lequel tout le monde est forcément d'accord.

En revanche, on oublie la grande réforme systémique avec une retraite par points ?

Oui, ça, c'est enterré. D'un point de vue marketing, l'idée n'est plus vendable. Covid ou pas Covid... 49.3 ou pas... Le concept a perdu la bataille de l'image. Ce qu'il faut maintenant pour Emmanuel Macron, c'est cocher la case qui ressemble à une tâche aujourd'hui sur l'agenda des réformes : pouvoir dire tout de suite, "j'ai réformé les retraites".

Quitte à être un peu moins ambitieux puisque ce mécanisme des 65 ans est hyper classique. C'est une réforme à l'ancienne, à la Papa façon Chirac/Fillon ou façon Hollande/Touraine. Une stratégie aussi pour Emmanuel Macron d'éviter de braquer les français en début de quinquennat. Le climat risque d'être inflammable sur la deuxième moitié de l'année.

Il va y avoir un sérieux problème de pouvoir d'achat des français et en particulier les classes moyennes et les Français qui travaillent. C'est un parfum de "gilets jaunes". La différence, c'est qu'on sait que cette grogne peut s'agréger désormais. Donc il faut la prendre en compte dans l'équation des colères.

Et disons-le, nous sommes tous, collectivement, épuisés par 2 ans de coronavirus. Personne ne veut d'une rentrée sociale à coup de grèves marathon. La campagne électorale aura été escamotée par la guerre en Ukraine et ne permettra sans doute pas un débat sur les grands projets de société. Ça aurait pu servir d'exutoire. 

Enfin, la majorité LaREM sera sûrement moins compacte car ce sera le dernier mandat d'Emmanuel Macron et qu'il y aura très vite une guerre de succession dans les rangs de l'Assemblée. Tout ça plaide donc pour une réforme des retraites moins ambitieuse mais plus paisible.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/