3 min de lecture Éducation nationale

Éducation : classement Pisa, c’est grave ?

ÉDITO - 600.000 élèves dans le monde ont été évalués. Un classement qui stresse à la fois les enfants, les parents et les gouvernements...

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Éducation : classement Pisa, c'est grave ? Crédit Image : Martin BUREAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

Le classement Pisa, le classement mondial du niveau scolaire, sera dévoilé ce mardi 3 décembre. Ce classement a été lancé par l’OCDE en 2000 et est établi tous les 3 ans à partir de tests sur près de 6.000 élèves âgés de 15 ans dans chaque pays. Singapour, d’autres pays asiatiques, ou la Finlande caracolent en tête.

La France se classe dans la moyenne, avec à chaque fois, un niveau en baisse. Est-ce que c’est grave ? Non, surtout pas de panique. Car la France est d’abord touchée par un syndrome très particulier. Le "c’est de pire en pire, les élèves sont de plus en plus mauvais", vous, parents, puis vos parents, puis les parents de vos parents l’ont répété.

Depuis le temps, c’est-à-dire depuis toujours en fait que l’on dit que les élèves sont plus mauvais que ceux de la génération précédente. Le deuxième syndrome français, c’est la nostalgie d’une école qui n’a jamais existé. L’école parfaite de Jules Ferry où les instits étaient exemplaires, tous les élèves excellents et heureux.

1 élève sur 5 est en grande difficulté

Tout cela, il faut l’oublier. Ce n’est que dans l’imaginaire collectif. Alors, aujourd’hui, en attendant la nouvelle cuvée du classement Pisa, nous pouvons commencer par nous rassurer. La France est dans la moyenne ce qui n’est déjà pas si mal. L’intérêt de l’étude Pisa, c’est ce qu’elle révèle de notre système éducatif et même de notre société.

À lire aussi
Grève du 5 décembre : comment ça se passe dans les écoles ? grève
Les infos de 7h30 - Grève : l'accueil dans les écoles toujours compliqué ce mardi

Et il faut croiser cette étude, avec plein d’autres études ou données, pour vraiment en tirer quelque chose. Quand on compare des pays, ça n’a aucun sens, si on ne regarde pas quelle est la part de richesse investie dans ses écoles ou même le salaire des profs.
 
Avant de se comparer, qu’est-ce que nous avons appris sur l’école française ? Qu’il y a bien plus qu’ailleurs des écarts importants entre les meilleurs élèves et ceux qui sont en difficulté. 1 élève sur 5 est en grande difficulté, c’est beaucoup. Plus qu’ailleurs, là encore l’origine sociale a une forte répercussion sur le destin scolaire.

Il y a aussi la peur de l’erreur très française quand l’échec est plutôt valorisé ailleurs dans l’apprentissage

Olivier Bost
Partager la citation

Nous sommes même numéro 1 des pays de l’OCDE. On réussit moins bien quand on vient d’un milieu défavorisé, ou si vous voulez l’école corrige moins ces inégalités qu’ailleurs. Il faut aussi s’intéresser à la façon dont sont attribuées les notes Pisa pour comprendre le classement français.

Pisa, c’est une série de test avec questions à choix multiples ou des raisonnements pour voir comment avec ce qu’il a appris à l’école, un élève se débrouille dans la vie. Comment il réfléchit et comment il répond à des problèmes courants. Le problème, comme le relevait le directeur du département éducation de l’OCDE dans le JDD : "C’est qu’en France on apprend surtout à connaître par cœur les bonnes réponses, pas trop à les chercher". Enfin, c’est une explication. Il y a aussi la peur de l’erreur très française quand l’échec est plutôt valorisé ailleurs dans l’apprentissage.

La France peut-elle faire mieux ?

Mais est-ce que la France pourrait faire mieux ? D’autres pays sont arrivés à corriger leur système, comme l’Allemagne par exemple qui avait très mal pris ses premiers résultats il y a 20 ans. En France, Pisa est souvent brandi par les ministres successifs pour justifier leurs réformes. Les nouveaux chiffres du jour viendront conforter Jean-Michel Blanquer dans ses choix.

Mais les vrais effets des classes de CP et de CE1 à 12 élèves ne seront mesurés par Pisa que dans une dizaine d’années, quand ces élèves auront 15 ans. Autant dire qu’un ministre, Jean-Michel Blanquer, comme tous ses prédécesseurs n’est jamais confronté à son bilan Pisa. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Gouvernement Jean-Michel Blanquer
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants