2 min de lecture Gouvernement

Édouard Philippe "croit" que Richard Ferrand "peut rester président de l'Assemblée"

Le Premier ministre s'est exprimé sur la mise en examen de Richard Ferrand pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Édouard Philippe exprime son "amitié" et son "soutien total" au président de l'Assemblée nationale.

Édouard Philippe, le 18 juin 2019
Édouard Philippe, le 18 juin 2019 Crédit : Lucas BARIOULET / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Le Premier ministre a exprimé jeudi 12 septembre soir son "amitié" et son "soutien total" à Richard Ferrand, dont la mise en examen pose la question de son maintien à la présidence de l'Assemblée nationale.

"Je n'ai pas le droit de m'exprimer sur la décision de justice pour des raisons liées à la séparation des pouvoirs (...) mais permettez-moi de dire, en tant qu'Édouard Philippe à Richard Ferrand, l'amitié réelle que je lui porte, le soutien qui est total et la confiance que j'ai dans sa capacité à faire valoir son innocence", a souligné le chef du gouvernement, estimant que M. Ferrand pouvait "continuer à assurer la présidence de l'Assemblée nationale dans de bonnes conditions".

Le Premier ministre a également cité Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France insoumise, qui s'est exprimé sur l'affaire Ferrand. "Il a raison de rappeler que la présomption d'innocence existe", a déclaré Édouard Philippe. 

Richard Ferrand est déterminé à "poursuivre sa mission"

À l'issue de près de 15 heures d'interrogatoire au tribunal de grande instance de Lille, Richard Ferrand a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi 12 septembre pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. 

À lire aussi
Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire à la réforme des retraites réforme des retraites
Réforme des retraites : quels défis pour le gouvernement avant le 5 décembre ?

En 2017, Le Canard Enchaîné révélait qu'en 2011 les Mutuelles de Bretagne, que Richard Ferrand dirigeait alors, avaient décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. L'affaire avait conduit M. Ferrand à quitter le gouvernement en juin 2017, à peine nommé ministre de la Cohésion des territoires. Après avoir présidé le groupe des députés LaRem, Richard Ferrand a pris la succession de François de Rugy à la présidence de l'Assemblée, en septembre 2018. 

Dès son élection au perchoir, il avait déjà averti à demi-mot qu'il ne démissionnerait pas en cas de mise en examen. Une décision que Richard Ferrand a confirmé. "Je suis déterminé à poursuivre ma mission", a-t-il déclaré dans un communiqué. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Édouard Philippe Richard Ferrand
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants