2 min de lecture Économie

Déficit : pourquoi Macron "jette aux orties" la règle des 3%

ÉDITO - Le Président a relancé le débat sur la règle qui impose aux signataires du Traité de Maastricht de limiter leur déficit à 3% maximum du budget national.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Règle des 3% de déficit : pourquoi Emmanuel Macron l'estime "d'un autre siècle" ? Crédit Image : Yoan VALAT / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Noé Blouin

Le président Macron a relancé le débat sur les 3% de déficit. Il a en effet accordé un entretien à l'hebdomadaire britannique The Economist, dans lequel il jette aux orties cette règle du Traité de Maastricht, adopté en 1992, qui impose aux États de l'union monétaire européenne de limiter leur déficit en deçà de 3% du PIB. Ça représente, pour la France, un déficit de l'ordre de 70 milliards d'euros.

Le Président dit ainsi que "nous avons besoin de davantage d'expansionnisme, de plus d'investissement. L'Europe ne peut pas être la seule zone à ne pas le faire. Je pense que c'est pour cela aussi que le débat autour du 3% dans les budgets nationaux, et du 1% du budget européen, est un débat d'un autre siècle".
Il y a deux raisons pour lesquelles Emmanuel Macron a remis le sujet sur la table. D'abord, la situation de la France n'est pas si brillante, nous sommes l'un des pays en Europe où le déficit est le plus élevé, alors que la majorité des pays sont désormais à l'équilibre ou en excédent. Et Paris risque d'être à nouveau inquiété par les réprimandes de la Commission de Bruxelles, pour avoir fait des efforts insuffisants, c'est d'ailleurs difficilement contestable. L'autre, c'est un message adressé aux Allemands, qui accumulent des excédents pour rembourser leur dette et refusent de soutenir la croissance déclinante avec des investissements.

Une vieille tradition

Le Président a raison pour de mauvaises raisons. Comme par hasard, ce plaidoyer pour relâcher la discipline vient du pays qui est le moins discipliné. C'est comme si l'élève qui a la plus mauvaise note demandait qu'on ne tienne plus compte des résultats scolaires. De ce point de vue, Macron reprend une longue tradition française, de gauche comme de droite, qui récuse la règle bruxelloise, tout simplement parce qu'elle s'est toujours accommodée d'un déficit élevé.

Alors oui, dépenser pour investir, c'est utile, incontestablement. Mais encore faut-il avoir mis ses comptes en ordre. Si la France ne peut pas investir, qu'elle laisse sa recherche publique en déshérence, ça n'est pas de la faute de Bruxelles. C'est parce qu'elle dépense beaucoup ailleurs, en fonctionnement et en redistribution.

Les 3%, une idée française

À lire aussi
Le magasin Les Galeries Lafayette à Paris économie
Grève : les commerçants tirent déjà la sonnette d'alarme

Sortir les investissements du calcul du déficit est, à mon sens, une fausse bonne idée. La distinction entre les dépenses d'investissement et les frais de fonctionnement n'est pas si facile à faire. Certains vous expliquent par exemple que payer un enseignant, c'est de l'investissement, parce qu'il travaille pour le futur en formant des jeunes... Mais alors pourquoi pas aussi le salaire des chercheurs ? À ce moment-là, tout est investissement.


Étonnement, la règle des 3% est une idée française. C'est le président Mitterrand qui avait évoqué ce seuil de l'acceptabilité du déficit, lors d'une intervention télévisée. Et le chiffre a été peu à peu repris par les experts, puis par les rédacteurs du Traité de Maastricht. Le problème, c'est que c'est en principe une borne maximale. Et que nous, les Français, les inventeurs de ce concept, nous en avons fait une borne minimale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Union européenne Déficit
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants