3 min de lecture Économie

Déficit : l'Europe épingle la France et Emmanuel Macron

À la suite des récentes déclarations d'Emmanuel Macron sur la règle des 3%, Bruxelles a critiqué la gestion de la dette française.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Déficit : l'Europe épingle la France et Emmanuel Macron Crédit Image : JOHN THYS / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Noé Blouin

La Commission européenne fait de nouveau les gros yeux. Selon elle, la France ne fait pas assez d’efforts pour réduire sa dette. Hasard du calendrier, cette critique a été formulée au moment même où le gouvernement annonçait qu'il allait reprendre à sa charge les 10 milliards de dettes de l'hôpital.

Ce qui inquiète Bruxelles, c'est la trajectoire budgétaire et le nouveau discours du gouvernement et du chef de l'État. Ce duel entre Bruxelles et Paris n'est pas nouveau, entre 2007 et 2017 le déficit n'avait été sous le seuil des 3% du PIB, atteignant même les 7,2%, au cœur de la crise en 2009. Mais en 2017, lorsqu'Emmanuel Macron s'exprime devant le congrès des maires, la dette vient de repasser sous les 3% et le sérieux budgétaire devient le sérieux de la parole Française en Europe.

Mais 2 ans plus tard, le discours a quelque peu changé. C'est ce point qui est à l'origine des inquiétudes de la Commission européenne. Il y a quelques jours, dans The Economist, Emmanuel Macron a renvoyé le débat sur les 3%, en le qualifiant de "combat du siècle passé". Même son de cloche depuis à Bercy. 


Évidemment, les critères de convergence que Bruxelles surveille ne sont pas là pour ennuyer les ministres de l’Économie de la zone. Le but, c'est de faire en sorte que les pays qui ont la même monnaie (l'Euro) aient tous les moyens de supporter cette monnaie sans appauvrir leurs populations. Pour faire vivre l'Euro, il faut que tout le monde ait à peu près le même niveau de vie. C'était ça le débat du siècle dernier.

Le concept du "too big to fail"

À lire aussi
Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire le 11 juin 2018 à l'Élysée. augmentation de salaire
Smic : Bruno Le Maire défavorable à "un coup de pouce" le 1er janvier

Mais il y a aussi la réalité du pays à prendre en compte, et c'est l'éternel argument de la France. On ne respecte pas les critères mais il y a une crise mondiale. Ça, c'était en 2009.
On ne respecte pas les critères mais il faut répondre à une crise sociale exprimée par les "gilets jaunes". C'était la réponse de Bruno Le Maire, le 20 novembre dernier, au micro de Christophe Ponzio.

Nous ne sommes pas les seuls à ne pas respecter les critères, il y a aussi l'Italie, l'Espagne, la Belgique entre autres qui se font tirer les oreilles par Bruxelles. Mais ce qui est inquiétant, c'est qu'on a le sentiment que rien n'a changé depuis la crise de 2007. Au contraire. Il y a toujours cette idée baptisée "too big to fail". Autrement dit la France, l'Italie sont des pays trop importants au sein de l'Europe (2e et 3e économies de la zone, pays fondateurs) pour qu'on les sanctionne et qu'on les laisse faire faillite. En résumé, on peut s'affranchir, nous, des règles qu'on impose aux autres.
 
Du coup, la France n'a pas fait le travail sur ses finances publiques à la différence des Allemands qui ont réduit leur dette l'an dernier. Nous, notre dette a explosé : elle est passée de 67% du PIB en 2005 (ce qui était raisonnable) à quasiment 100% aujourd'hui. On est un ménage surendetté qui continue à prendre des crédits revolving. C'est le moment où je dois vous rappeler que ceux qui régleront à la fin la dette de la France, ce sont les Français à travers leurs impôts.

Le plus : un chiffre, 33 millions

33 millions de français vont pouvoir télécharger ce matin l'application "Mon compte formation" pour gérer leurs formations professionnelles : quelle somme ai-je accumulé ? Quelle formation puis-je choisir ?

La note : 9/20 aux déserts médicaux

Il y a un problème de répartition des médecins généralistes sur le territoire. Selon L'UFC Que Choisir, 44% des médecins refusent de prendre de nouveaux patients car leurs cabinets sont déjà pleins à craquer. C'est même plus des 3/4 qui ont refusé en Charente ou en Seine-et-Marne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Commission européenne Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants