1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Darmanin, Blanquer, Vidal : le gouvernement installe "un débat moisi", selon Éric Piolle
2 min de lecture

Darmanin, Blanquer, Vidal : le gouvernement installe "un débat moisi", selon Éric Piolle

INVITÉ RTL - Le maire EELV de Grenoble a répété à plusieurs reprises être en "colère" à propos de la stratégie du gouvernement vis-à-vis du Rassemblement national.

Le maire écologiste de Grenoble était l'invité du Grand Jury le 14 mars 2021
Le maire écologiste de Grenoble était l'invité du Grand Jury le 14 mars 2021
Crédit : Nicolas Kovarik / Agence 1827 pour RTL
Le Grand Jury d'Éric Piolle
59:08
Le Grand Jury d'Éric Piolle
59:08
Benjamin Sportouch & Marie-Pierre Haddad

"Ensauvagement", "islamogauchisme"... Le maire EELV de Grenoble a dénoncé les propos tenus par le gouvernement qui utilise, selon lui, "les même mots que l'extrême droite". Invité du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI ce dimanche 14 mars, l'édile écologiste a exprimé sa "colère noire", en réaction à ces débats de société. 

"Ca me met dans une rage forte. Nous installons aujourd'hui un débat moisi", a-t-il déclaré. Éric Piolle a cité plusieurs propos des membres de l'exécutif qui sont "insupportables" et "dramatiques". Il a notamment évoqué ceux de Gérald Darmanin qui "se dit choqué de voir des rayons casher ou hallal dans les supermarchés", a-t-il rappelé. Le maire écologiste de Grenoble a aussi taclé le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer qui "dit que les crop tops ne sont pas des tenues républicaines pour aller à l'école". 

L'édile écologiste n'a pas épargné non plus Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, qui veut "chasser les islamogauchistes des universités". "Heureusement qu'elle a été recadrée", a-t-il soufflé.

Un brouillage des valeurs de la part du président de la République et de ses ministres

Éric Piolle, maire EELV de Grenoble

Éric Piolle est aussi revenu sur l'affichage des noms de deux professeurs accusés d'islamophobie au sein de l'université de Grenoble. "Rien ne justifie les collages qui ont été faits et cette mise en pâture des noms, a estimé le maire. Mais il faut aussi être conscient du fait qu'il y a un brouillage des valeurs de la part du président de la République et de ses ministres qui est insupportable (...) et dramatique. Je me battrais contre ça et j'aime trop la France pour la laisser s'ancrer dans ces débats". 

À lire aussi

Les propos d'un des deux professeurs étaient "extrêmement problématiques", a pour sa part estimé la directrice de l'établissement SciencesPo à Grenoble. "Je pense qu'il y a un ton qui est extrêmement problématique dans ses propos, avec des idées qui sont développées parfois un peu rapidement, et donc un rappel à l'ordre et une incitation au dialogue ont été entreprises", par la direction, a expliqué Sabine Saurugger. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/