1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Dans l'ombre de la déchirure du clan Le Pen, le FN poursuit sa mutation
2 min de lecture

Dans l'ombre de la déchirure du clan Le Pen, le FN poursuit sa mutation

Les dirigeants du Front national n'ont pas attendu que la rupture entre Jean-Marie Le Pen et sa fille soit consommée pour préparer l'effacement des derniers symboles de son héritage politique.

Le show de Jean-Marie Le Pen au début du discours du 1er Mai.
Le show de Jean-Marie Le Pen au début du discours du 1er Mai.
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

La page Jean-Marie Le Pen n'est pas encore tournée mais l'état-major du Front national prépare déjà l'après. À commencer par le nom du parti frontiste que sa présidente Marine Le Pen souhaite modifier depuis quelques temps. Dans son édition du mercredi 6 mai, Le Canard Enchaîné affirme que Joffrey Bollée, le directeur de cabinet de Florian Philippot, a déposé le nom "Les patriotes" auprès de l'Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi) le 7 avril dernier.

Une référence au futur nom du parti ou au réseau social du FN ?

"L'offensive a été lancée dès le 7 avril, cinq jours après l'interview de Jean-Marie Le Pen à BFMTV dans laquelle il réitérait ses propos sur les chambres à gaz, écrit Le Canard Enchaîné. Ce jour-là, Florian Philippot, le numéro 2 du FN, décide de tourner la page de Jean-Marie Le Pen. Non seulement le président d'honneur sera écarté, mais le FN en profitera pour faire une grande lessive".

Avant même la parution de l'article de l'hebdomadaire satirique, le directeur de cabinet de Florian Phillipot a démenti l'information mardi. Il affirme que la marque "Les Patriotes" ne fait pas référence au futur nom du parti frontiste mais au réseau social Lespatriotes.net, lancé brièvement au mois de mai 2014. 

Le changement de nom toujours d'actualité

À l'heure où l'UMP est en passe d'être rebaptisée Les Républicains, la question du changement de nom du Front national n'est pas pour autant écartée. Interrogé par le Huffington Post, le trésorier du FN et avocat de Marine Le Pen Wallerand de Saint-Just a affirmé mardi que la question "est toujours sur la table" mais "n'est pas encore tranchée". Au mois d'octobre dernier, Marine Le Pen avait confirmé que cette question "mérite d'être posée" et que les adhérents pourraient être interrogés sur une telle évolution "d'ici à quelques mois".

Jean-Marie Le Pen n'a pas dit son dernier mot

À lire aussi

Fermement opposé à cette perspective, Jean-Marie Le Pen assurait de son côté que le FN ne changera pas de nom de son vivant. Suspendu de sa qualité d'adhérent et en passe d'être exclu du parti qu'il a fondé il y a quarante ans il pourrait bien compliquer la vie de sa fille en récupérant la marque "Le Pen". "J'ai exprimé le souhait que Marine Le Pen me rende mon nom", a-t-il affirmé lundi. Invité du 20 heures de France 2, il a également indiqué qu'il réfléchissait à la possibilité de créer son propre mouvement politique. "C'est maintenant le temps de la réflexion. Je dois m'interroger sur les possibilités qu'a le courant national de s'exprimer à temps pour sauver notre pays (...) Je réfléchis". Une hypothèse qu'il a cependant battue en brèche dans une interview à Paris Match mercredi.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/