1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Covid-19 : l'impérieuse nécessité de la parole présidentielle
2 min de lecture

Covid-19 : l'impérieuse nécessité de la parole présidentielle

ÉDITO - Emmanuel Macron s'exprimera ce mercredi à la télévision sur la crise sanitaire liée au coronavirus.

Emmanuel Macron, le 30 juin 2020
Emmanuel Macron, le 30 juin 2020
Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Covid-19 : l'impérieuse nécessité de la parole présidentielle
02:47
Olivier Bost - édité par William Vuillez

Pourquoi Emmanuel Macron va-t-il s’exprimer mercredi soir sur la crise de la Covid-19 ? Parce que les messages ne passent pas, pas suffisamment et pas auprès de tout le monde. Cela fait plus d’un mois que le Premier ministre alerte sur la propagation à grande vitesse de l’épidémie : une émission en prime-time à la télévision, plusieurs passages à la radio, dans la presse écrite. Mais comme le fait remarquer cruellement un proche d’Emmanuel Macron, "il n’en reste rien". 

Le gouvernement ne parvient pas notamment, à toucher et à sensibiliser les jeunes. Cela fait 3 semaines aussi que les points hebdomadaires du ministre de la Santé, Olivier Véran, ont fait leur retour. Les villes passent les unes après les autres en alerte, alerte renforcée puis alerte maximale, mais rien ne semble inverser la courbe. Il y a toujours plus de cas positifs, toujours plus d’hospitalisation. Nous semblons replonger inexorablement dans ce que nous avons vécu au printemps. 

Emmanuel Macron doit donc annoncer de nouvelles mesures. Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement a été très clair lundi soir sur RTL. "Des mesures supplémentaires sont prévues si la situation se confirme". "Ce qui se passe en Île-de-France est très préoccupant, déprimant, c’est en train d’exploser", nous a confié lundi un ministre qui participe au Conseil de défense. 

Toucher notre sphère privée

Toute la difficulté du moment pour le gouvernement, c’est de toucher notre sphère privée, là où l’on se contamine. Nous prenons toutes les précautions au travail, pour faire nos courses, au restaurant, au cinéma et nous nous relâchons partout ailleurs, chez nous. "Je ne sais plus sur quel ton il faut le dire", déplore une ministre qui donne l’exemple de l’un de ses collègues au gouvernement, tombé malade de la Covid-19. Il est allé à l’anniversaire d’un ami contaminé qui a soufflé les bougies de son gâteau devant tous les invités. 

À lire aussi

Pour éviter de telles situations banales, des reconfinements locaux, des couvres-feux sont bel et bien envisagés, très concrètement et peut-être très rapidement. Emmanuel Macron emploiera-t-il ces mots qui font peur ? Souvenez-vous, la vieille du confinement en mars dernier, il n’était pas arrivé à le dire, le mot "confinement" était trop anxiogène à ses yeux.

Remettre les idées des Français au clair

Emmanuel Macron va donc mercredi soir plutôt préparer les esprits à ça, à un nouveau tour de vis, mais pas seulement. Pour ne pas porter que des mauvaises nouvelles, le chef de l'État devrait aussi annoncer un desserrement de l’étau à Bordeaux ou encore à Nice, où les situations s’améliorent. 

Le président va dévoiler de nouvelles mesures d’accompagnements. De l’argent destiné à ceux qui souffrent le plus de cette crise dont nous ne voyons pas le bout, les plus pauvres et les secteurs économiques les plus durement touchés. 3 mois après la remaniement, 2 jours seulement après les dernières paroles du Premier ministre, l’intervention du président depuis l’Élysée doit remettre les idées des Français au clair.

Emmanuel Macron va aussi tenter de déboucher un peu cet horizon complètement assombri par la Covid-19. Un peu d’espoir, au milieu de l’angoisse…

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/