1 min de lecture Politique

Corse : Talamoni veut taxer "lourdement" les résidences secondaires, sauf pour les Corses

Une mesure que le président de l'Assemblée de Corse veut prendre pour lutter contre la flambée des prix de l'immobilier sur l'île.

RTL Petit Matin - Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
Corse : Talamoni souhaite taxer les résidences secondaires, sauf pour les Corses Crédit Image : PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP | Crédit Média : Marie Moley | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL générique
Marie Moley et Léa Stassinet

C'est une mesure que certains perçoivent comme une provocation. Pour lutter contre la flambée des prix de l'immobilier (+138% en dix ans, ndlr), le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a proposé jeudi de "taxer lourdement les résidences secondaires", sauf celles appartenant à des Corses, une alternative à l'idée de réserver l'accès à la propriété aux résidents corses.  

"L'idée serait de taxer lourdement les résidences secondaires, tout en exonérant les résidences patrimoniales, c'est-à-dire celles qui appartiennent aux Corses, en particulier dans leurs villages", a précisé l'élu indépendantiste. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse organisée suite à la polémique provoquée par sa proposition fin août d'exproprier les acheteurs qui ne résidaient pas dans l'île de Beauté lors de leur acquisition

"Les résidents permanents effectifs (5 ans de résidence continue) ainsi que les Corses de la diaspora seraient exonérés de la taxe. Cette notion de résidence à vocation fiscale existe déjà en droit français. L'exemple de Saint-Barthélémy (dans les Caraïbes françaises) est particulièrement significatif à cet égard", a développé le président de l'Assemblée de Corse.

De décisions contraires à la Constitution

Appelant les élus corses à prendre "une position commune vis-à-vis de Paris" sur la flambée des prix de l'immobilier en Corse, Jean-Guy Talamoni a répété qu'on pouvait "imaginer le statut de résident, mais aussi tout autre chose". 

À lire aussi
Jean-Yves Le Drian (gauche) et le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Zarif, le 22 septembre 2019 Iran
Les infos de 12h30 - Iran : pourquoi Téhéran a arrêté deux chercheurs français ?

C'est sur la base de ce statut de résident, adopté par une délibération de l'Assemblée de Corse en 2014 avant même l'élection de la majorité nationaliste à la tête de l'Assemblée de Corse fin 2015, que le membre du mouvement indépendantiste Corsica Libera avait proposé d'exproprier les acheteurs non Corses, le 30 août. 

Mais en l'état, ces suggestions sont contraires à la Constitution, c'est ce qu'on appelle une rupture d'égalité. D'ailleurs, la notion de peuple corse n'apparaît nulle part dans la Constitution. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Corse Immobilier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants