1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : Thomas Mesnier incite à "ne pas tomber dans la psychose collective"
2 min de lecture

Coronavirus : Thomas Mesnier incite à "ne pas tomber dans la psychose collective"

INVITÉ RTL - Le député LaREM et urgentiste Thomas Mesnier se veut rassurant et incite à "ne pas tomber dans la psychose collective" car selon lui "il y a des mesures très simples" pour éviter la propagation du coronavirus et "il appartient à chacun de les respecter".

Le député LaREM Thomas Mesnier
Le député LaREM Thomas Mesnier
Crédit : Eric FEFERBERG / AFP
L'invité de RTL Soir du 06 mars 2020
07:44
Coronavirus : Thomas Mesnier incite à "ne pas tomber dans la psychose collective"
07:17
L'invité de RTL Soir du 06 mars 2020
07:44
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier - édité par Sarah Ugolini

Alors que le coronavirus a fait son entrée à l'Assemblée avec un député LR du Haut-Rhin et un salarié infecté et plusieurs cas suspects, le député LaREM et urgentiste Thomas Mesnier assure que "l''Assemblée nationale va considérablement réduire la voilure compte-tenu des élections municipales dans les 15 prochains jours" et que "l'essentiel des députés sont rentrés dans leur circonscription". 

Le référent santé du mouvement de la majorité assure qu'il faut "suivre les mesures barrières telles qu'on les répète depuis plusieurs semaines". "Faire attention à soi, prendre sa température deux fois par jour, comme c'est le cas pour moi car j'ai pu être en contact avec une des personnes positives", détaille Thomas Mesnier. Il a lui-même assuré ses rendez-vous ce vendredi 6 mars en respectant des règles simples : ne pas serrer les mains, se les laver régulièrement. 

"Il n'y a pas de mesure supplémentaire que ces mesures simples qu'on répète depuis plusieurs semaines", assure le député LaREM. En attendant, le bar et le restaurant de l'Assemblée ont été fermés pour une durée de quinze jours. "On nous a demandé de suivre exactement les même consignes que pour toute la population. Moi je sais que depuis quelques jours déjà, je ne serre plus les mains je le fais en langue des signes", confie le député de la première circonscription de Charente.

Vers une phase 3 "dans les toutes prochaines semaines"

Étant urgentiste, Thomas Mesnier est très sollicité. "Dès le week-end dernier, on me parlait surtout et pratique que du coronavirus et de l'épidémie en cours et des mesures à suivre quand on est touché ou avant de l'être", explique-t-il. Il ajoute "qu'il y a eu un premier cas en Charente depuis ce matin". "En Charente comme à l'Assemblée, j'avais des collègues qui venaient voir le médecin que je suis pour poser des questions", avoue le député. 

À lire aussi

Malgré tout, Thomas Mesnier se veut rassurant et incite à "ne pas tomber dans la psychose collective" car "il y a des mesures très simples et il appartient à chacun de les respecter". Outre le lavage des mains, le député rappelle qu'il vaut "mieux ne pas visiter nos aînés les plus fragiles pour les protéger" et afin de "freiner la propagation du virus à tout prix, notamment dans les maisons de retraite" car le virus est bien plus dangereux quand il s'agît des personnes âgées. 

Les municipales sont maintenues "à l'heure actuelle"

Concernant la phase 3 du coronavirus, alors que Jean-François Delfraissy, spécialiste des maladies infectieuses, a assuré ce vendredi 6 mars qu'elle interviendra "entre quelques jours et une ou deux semaines", le médecin urgentiste Thomas Mesnier pense qu'elle "devrait arriver dans les toutes prochaines semaines". Concernant les municipales, il confirme "qu'elles sont bien maintenues à l'heure actuelle" et incite à faire confiance au ministère de l'Intérieur. L'inquiétude est selon lui plus du côté des candidats que des électeurs. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/