3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus, primes, véhicules électriques : les annonces de Macron pour le secteur de l'automobile

ÉCLAIRAGE - Dans le plan de relance du secteur automobile, Emmanuel Macron a annoncé une prime allant jusqu'à 7.000 euros pour les particuliers lors de l'achat d'un véhicule électrique ou hybride.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Automobile : les annonces d'Emmanuel Macron Crédit Image : Ludovic Marin / POOL / AFP | Crédit Média : Christophe Bourroux | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une crise "sans précédent hors temps de guerre". Emmanuel Macron a dévoilé, ce mardi 26 mai, un plan de relance pour le secteur de l'automobile. Le président de la République a pris la parole lors d'une conférence de presse, après avoir visité une usine de l'équipementier Valéo à Etaples, près du Touquet (Pas-de-Calais).

Le président de la République a annoncé que "plus de 400.000 véhicules sur le marché français qui auraient dû être vendus ne l'ont pas été durant les dernières semaines". "Nous serons à fin juin, vraisemblablement, à environ 500.000 véhicules invendus par rapport à la saison précédente. C'est du jamais vu pour ce secteur qui représente près de 16% du chiffre d'affaires de notre industrie", a-t-il poursuivi.


Emmanuel Macron a échangé dans la matinée à l'Élysée avec des responsables de la filière automobile pour préparer ce plan qui va toucher à "la souveraineté industrielle", à la transition vers les véhicules propres et à la préservation de la compétitivité du secteur, qui représente 400.000 emplois directs.

Une prime de 7.000 euros pour les particuliers

Emmanuel Macron a annoncé le renforcement de la prime aux véhicules électriques et hybrides rechargeables. Le bonus écologique sera augmenté pour atteindre 7.000 euros pour l'achat de véhicules électriques par les particuliers et 5.000 euros pour les entreprises et les collectivités. Le président de la République a aussi ajouté qu'une prime de 2.000 euros sera instituée pour l'achat de véhicules hybrides rechargeables.

À lire aussi
Des décorations de la St-Valentin à Bangkok le 11 février 2020 santé
Déconfinement : comment conjuguer sexe et pandémie de coronavirus ?

"Pour les personnes qui vivent et travaillent dans des zones à faible émission, la prime pourra être bonifiée", a ajouté Emmanuel Macron. 

Une prime à la conversion pour les 3/4 des Français

Autre mesure annoncée par le chef de l'État : la prime à la conversion. Selon Emmanuel Macron, "les trois quarts des Français y seront éligibles". "Il suffit d'avoir un revenu fiscal de référence inférieur à 18.000 euros net", a-t-il précisé. 

"Un particulier qui met au rebut son véhicule polluant diesel ou essence pour un véhicule plus propre, neuf ou d'occasion sera aidé à hauteur de 3.000 euros par l'État, et même 5.000 euros s'il s'agit d'un véhicule électrique. Ce dispositif, là aussi exceptionnel, sera disponible à partir du 1er juin pour les 200.000 achats à venir".

Un fonds d'investissement de 600 millions d'euros

Après avoir évoqué le volet sur la consommation, Emmanuel Macron a annoncé que "200 millions d'euros de subventions" seront débloqués "pour accompagner les équipementiers, l'ensemble des entreprises sous-traitantes de la filière dans leur transformation et leur montée en gamme".

Un fonds d'investissement "de 600 millions d'euros pour intervenir sur l'ensemble des entreprises de la filière" sera aussi créé. "L'État apportera 400 millions d'euros et chacun des deux grands constructeurs français mettront 100 millions d'euros dans ce projet". 

Emmanuel Macron a évoqué le "soutien à l'innovation, la recherche et développement de l'industrie automobile française" : "Dès 2020, 150 millions d'euros seront mobilisés pour contribuer à l'effort de relance de la filière".

8 milliards d'euros d'aides

Huit milliards d'euros. Lors de son discours, Emmanuel Macron a indiqué que "l'État, au total, apportera un peu plus de 8 milliards d'euros d'aides au secteur". "Les constructeurs ont pris en contrepartie une série d'engagements forts qui consistent à relocaliser la production à valeur ajoutée en France et à consolider et maintenir la totalité de la production industrielle sur nos sites", a déclaré le président de la République.

Des pressions sur Renault

Le président de la République a terminé son discours en évoquant le cas de Renault. Le constructeur français doit dévoiler le 29 mai les contours d'un plan d'économies de deux milliards d'euros, annoncé en février.

"Le ministre de l'Économie présidera dès lundi prochain une table ronde avec Renault, l'ensemble des industriels et sous-traitants concernés, les syndicats, les élus qui sont aussi concernés pour, dans le dialogue, trouver les solutions qui permettent précisément d'être au rendez vous de l'ambition industrielle que nous nous donnons collectivement", a déclaré Emmanuel Macron. 

Mais le chef de l'État a surtout mis en garde le groupe au losange : "Le prêt de 5 milliards d'euros de l'État ne saurait être conclu avant que ces discussions n'aboutissent et il dépendra de l'issue de celles-ci".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Auto Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants