2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : Macron, entre précautions, justifications et avertissements

ÉDITO - Emmanuel Macron sait que "retrouver le confinement" est plus difficile à accepter que la première fois. Le chef de l'État a passé autant de temps à expliquer la situation et ses décisions qu’à prévenir les critiques et les refus.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Macron entre précautions, justifications et avertissements Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

Au-delà des décisions qui ont été annoncées, Emmanuel Macron n’a cessé d’alterner entre précautions, justifications et avertissements. Le président de la République a quelque part passé autant de temps à expliquer la situation et ses décisions, qu’à prévenir les critiques, les refus et à répondre à nos interrogations, à nos doutes et à la déprime qui guette.

Le chef de l’État a cherché à coller à l’humeur nationale et à nos exaspérations. "Je sais la lassitude, a-t-il dit. Cette impression d’un jour sans fin qui tous nous gagne". Donc il y avait une approche très psychologique parce que ces décisions indispensables restent violentes.

L’État, de nouveau, régit nos vies du matin au soir, 7 jours sur 7. Emmanuel Macron a voulu montrer qu’il en avait conscience. D’où ces appels insistants à la responsabilité de chacun. Il a convoqué notre altruisme, nos craintes et nos peurs. 

Des mots durs

C’est aussi pour ça que les choses étaient dites et que les mots étaient durs :
"Nous devons tenir (...) Il n’y a pas de de solution magique".  "La seconde vague sera plus dure et plus meurtrière que la première", a bien prévenu Emmanuel Macron. 

À lire aussi
L'Église catholique (illustration) confinement
Reprise des messes : la jauge des 30 fidèles pas toujours respectée dans le Nord

Si ça ne s’améliore pas, les médecins pourraient être amenés à choisir, trier entre les malades. L'horreur absolue. Et l’horizon est sombre. "Nous verrons si nous pouvons cultiver l’espoir de passer les fêtes en famille". Cultiver l’espoir, nous avons connu des formules plus optimistes

Jamais dans un discours, Macron n’a fait autant d’effort pour aller chercher l’adhésion des Français

Partager la citation

Il a aussi beaucoup chercher à désamorcer les critiques ? C’est un autre volet de cette intervention présidentielle. Emmanuel Macron parle des polémiques et anticipe les résistances. Il a parlé des mesures "souvent contestées" de ne pas "céder au poison de la division", de ceux qui voudraient opposer santé et économie.

S'il en parle, c’est pour mieux les désamorcer. L’auto-critique reste limité. "Avons-nous tout bien fait ? Non, mais nous avons fait tout notre possible, assure-il. Notre stratégie était la bonne". Toujours cela pour éviter de provoquer trop de réaction hostile. Comme le confiait hier un conseiller, les commerçants sont "des 'gilets jaunes' en puissance", une vraie bombe à retardement. Emmanuel Macron a ponctué son intervention d'une forme de modestie. C'était déjà le cas lors de sa dernière interview

"Nous sommes tous surpris, nous sommes submergés, débordés. Il faut être humble". Les mots sont choisis. Ce registre n’est pas le plus spontané chez le président de la République. Jamais dans un discours, Emmanuel Macron n’a fait autant d’effort pour aller chercher l’adhésion des Français.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Vidéo
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants