1 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : le déconfinement "n’est pas d’actualité", prévient Olivier Véran

Le ministre de la Santé Olivier Véran a rappelé que le déconfinement n’était pas d’actualité : "La charge sanitaire reste élevée", notamment "dans nos hôpitaux", a-t-il prévenu ce jeudi 19 novembre.

Le ministre de la Santé Olivier Véran lors du point presse hebdomadaire sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus, le jeudi 19 novembre 2020 à Paris.
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors du point presse hebdomadaire sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus, le jeudi 19 novembre 2020 à Paris. Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

"Le confinement n'est pas terminé : il n'est pas d'actualité de déconfiner". C’est ainsi que le ministre de la Santé Olivier Véran a rappelé, ce jeudi 19 novembre, que le déconfinement n’interviendra pas dans un futur proche, comme l’avait déjà souligné mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal

Ce jeudi 19 novembre, le ministre a fait un point sur l’évolution sanitaire en France. Accompagné du directeur de la santé, Jérôme Salomon, et de la ministre déléguée à l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, il a encouragé les Français à "poursuivre les efforts" et à rester "vigilants" pour freiner la propagation de la pandémie de Covid-19. 

Le niveau des contaminations quotidiennes est aujourd'hui équivalent à celui observé pendant la période du couvre-feu, mais la situation est préoccupante dans les hôpitaux et dans les Ehpad. "Le virus circule moins vite depuis la mise en place du couvre-feu et du confinement (...) mais la charge sanitaire reste élevée dans nos hôpitaux. Elle a commencé à se réduire progressivement mais cela va prendre du temps", a-t-il indiqué. 

Olivier Véran a par ailleurs rappelé les lieux où les risques de contamination sont importants, à savoir, "les endroits où on boit, où on mange, où on transpire, où on chante". Il a également insisté sur la souffrance psychologique, "la face cachée de l'épidémie" en rappelant que la santé mentale des Français s’est "significativement" dégradée "entre fin septembre et début novembre". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants