1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : la colère d'Olivier Véran contre l'irresponsabilité de certains médecins
1 min de lecture

Coronavirus : la colère d'Olivier Véran contre l'irresponsabilité de certains médecins

VU DANS LA PRESSE - Le ministre de la Santé fustige le comportement de médecins qui auraient selon lui contribué à la deuxième vague épidémique frappant la France. Il cible ces professionnels dont les déclarations "nous ont fait du mal collectivement".

Olivier Véran, le 29 septembre 2020
Olivier Véran, le 29 septembre 2020
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Sarah Ugolini

Nouveau coup de gueule d'Olivier Véran. Après son accès de colère à l'Assemblée nationale à la suite d'un amendement de députés visant à limiter l'état d'urgence sanitaire au mois de décembre et non de février, le ministre de la Santé s'en prend cette fois au comportement de certains médecins qu'il juge irresponsables.

Dans un entretien à Paris Match, Olivier Véran assure en effet ce jeudi 12 novembre que les déclarations laxistes de certains médecins cet été pourraient être en partie responsables de la violente seconde vague épidémique qui frappe actuellement la France. "À l'époque, des médecins affirmaient que c'était bien que les jeunes se contaminent pour attendre une forme d'immunité ! C'est irresponsable !", fustige le ministre de la Santé.

"Si, en août, quand j’alertais sur la reprise de l’épidémie qui touchait alors les jeunes dans les villes du Sud, une majorité d’experts avait dit : 'Ce qui nous pend au nez, c’est une deuxième vague, il faut tous s’y mettre pour l’enrayer maintenant', la deuxième vague aurait sans doute été retardée", suppute Olivier Véran. Selon lui, ces déclarations de certains médecins cet été "nous ont fait du mal collectivement".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/