2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus en France : comment Macron s'est affranchi des scientifiques

DÉCRYPTAGE - Le président de la République se plonge dans les lectures scientifiques et les comptes-rendus d'étude sur le coronavirus. "Un jour, il pourra briguer l'agrégation d'immunologie", lance Richard Ferrand au "Parisien".

Emmanuel Macron, le 5 janvier 2021
Emmanuel Macron, le 5 janvier 2021 Crédit : LOIC VENANCE / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Confinement, "zéro covid", couvre-feu, mesures nationales ou locales... Les pistes et les stratégies continuent à éclore, un après le début de la crise sanitaire liée au coronavirus. Emmanuel Macron privilégie désormais les décisions prises à l'échelle des départements pour éteindre au cas par cas les flambées de l'épidémie sur le territoire. Mais jusqu'à quand ? 

L'approche de la gestion de la crise sanitaire par le président de la République a aussi évolué. Emmanuel Macron s'affranchit peu à peu des avis du monde scientifique et du Conseil scientifique. Pour lui, le confinement doit rester la dernière option possible. Afin d'y parvenir, le chef de l'État "lit tout ce qui sort de scientifique sur le sujet", explique Richard Ferrand dans les colonnes du Parisien.

Il "interroge d'innombrables experts et cherche chaque jour ce qui se produit de nouveau pour ne rien laisser passer. Un jour, il pourra briguer l'agrégation d'immunologie", va même jusqu'à indiquer le président LaREM de l'Assemblée nationale.

Prise de distance par rapport au Conseil scientifique

Cette façon de faire du président de la République est en effet une nouveauté. Il y a presque un an, en mars dernier, Emmanuel Macron entendait "de plus en plus appuyer ses choix à venir grâce à l'appui et l'expertise" des spécialistes du Conseil scientifique, expliquait à l'époque un proche. 

À lire aussi
épidémie
Coronavirus : tout savoir sur le vaccin Johnson & Johnson

L'entourage du chef de l'État définissait le rôle du Conseil scientifique comme "prépondérant pour accompagner les autorités sur la gestion de l'épidémie pendant la crise, fournir une réflexion sur la politique de santé, des éléments sur la stratégie de confinement, les dépistages, etc".

Les épidémiologistes montent au créneau pour réclamer un reconfinement mais ils ne sont pas décisionnaires

Un conseiller d'Emmanuel Macron
Partager la citation

Le basculement s'est produit lorsque le président a refusé de mettre en place un troisième confinement, contre l'avis et la pression des scientifiques. Un peu plus tôt, mi-janvier un de ses conseillers l'avait mis en garde. "Arrêtez d’écouter les épidémiologistes, à chaque fois que les chiffres des contaminations augmentent, ils montent au créneau pour réclamer un reconfinement mais ils ne sont pas décisionnaires. Soyez très prudents…", lui aurait-il dit, comme l'indique La Dépêche.

Le changement de mode de travail du président a été remarqué par les membres du Conseil scientifique. "À ce rythme, vous allez devenir encore plus spécialiste que nous…", a même lancé le président de l'instance Jean-François Delfraissy à Emmanuel Macron selon Le Parisien. Un conseiller confiait à France inter que "Macron s’est tellement intéressé au Covid, qu’il peut challenger les scientifiques, poser la question qui les déstabilise". 

Selon l'éditorialiste politique de RTL Olivier Bost, "il n’y a pas de crise de confiance avec les scientifiques, mais de toute évidence, une plus grande maitrise de leur expression et de leur influence". À date du 19 février, "aucun avis du Conseil scientifique n’a été rendu public. Ils en ont pourtant rendu trois au gouvernement, mais c’est le ministère de la Santé qui décide de les publier… ou pas. Ils ne devaient pas correspondre à la stratégie du moment du gouvernement", ajoute-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants