2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : attendu au tournant, Jean Castex entre dans l'arène

DÉCRYPTAGE - S'affichant à la tête d'un "gouvernement de combat", Jean Castex entre dans le vif du sujet et s’attelle à la relance économique de la France.

Jean Castex, le 26 août 2020
Jean Castex, le 26 août 2020 Crédit : Ludovic Marin / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Dans le vif du sujet. Jean Castex a lancé sa rentrée politique, ce mercredi 26 août, en ouvrant l'université d'été du Medef. Le lendemain, le premier ministre tiendra une conférence de presse, entouré des ministres de la Santé, Olivier Véran, et de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. 


En suivant le format instauré par son prédécesseur Édouard Philippe avec un exposé de chiffres, suivi par des questions des journalistes, Jean Castex lancera ainsi l'un des temps forts de la semaine pour le gouvernement. Dans la foulée, le premier ministre doit rencontrer les représentants du spectacle vivant au ministère de la Culture, avant de prononcer une allocution le lendemain au ministère de l'Intérieur devant l'ensemble des préfets. 

Le marathon de rentrée de Jean Castex ne va pas s'arrêter là. Invité de France inter, le chef du gouvernement a indiqué que le plan de relance économique de 100 milliards d'euros sera dévoilé le 3 septembre prochain.

Déplacements et pédagogie

"Vivre avec le virus", "surmonter la crise", "ne pas mettre le pays à l'arrêt". Autant de messages martelés par Jean Castex qui entame un travail de pédagogie auprès des Français en "répondant à leurs interrogations et à leurs inquiétudes", comme l'indique Matignon. 

À lire aussi
Un pharmacien tient une plaquette de dexaméthasone en juin 2020 à Londres (Royaume-Uni) Coronavirus France
Covid-19 : qu'est-ce que la dexaméthasone, molécule utilisée contre le coronavirus ?

Le premier ministre qui aurait préféré ne pas reporter la présentation du plan de relance est attendu au tournant tant par ses ministres, que par la majorité. Après avoir mis les territoires au centre de son discours et de son action politique cet été, désormais Jean Castex est attendu sur les actes. 

"Je l'apprécie énormément, mais je suis assez réservé sur cette idée de territoires qu'il évoque en permanence. On est encore dans une nation, pas dans un territoire", estime un membre de l'exécutif dans Le Parisien.

De toute façon, il s'était mis dans la tête qu'il en prendrait plein la figure

L'entourage de Jean Castex au "Parisien"
Partager la citation

Se démarquera-t-il de son prédécesseur ? Là est toute la question pour une stratège de la macronie qui confie au journal : "Il n'a pour le moment pas réussi à personnaliser son action. Quand il est en déplacement, au fond, on n'en retient pas grand-chose, on ne sait pas vraiment quels sont ses angles, ses vraies priorités. Et le risque pour lui, c'est de ne pas avoir d'identité. À mon sens, les Français n'ont pas encore rencontré Jean Castex".

L'effet de la nomination de Jean Castex s'effrite déjà dans les sondages et ses déplacements n'ont pas eu l'impact souhaité. Le premier ministre encaisse une forte baisse de sa popularité qui est passé de 55% début juillet à 48% d'opinions favorables, selon l'Ifop.

Mais Jean Castex semble s'être préparé à "l'enfer de Matignon". "De toute façon, il s'était mis dans la tête qu'il en prendrait plein la figure. Du coup, partant de là, cela lui facilite l'exercice", confie son entourage au Parisien.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Jean Castex Coronavirus France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants