2 min de lecture Changement climatique

Convention citoyenne sur le climat : Macron accusé de ne pas tenir ses engagements

Cyril Dion, membre de la convention citoyenne sur le climat, accuse le président Emmanuel Macron de ne pas tenir ses engagements alors que celui-ci avait promis une application "sans filtre" des mesures proposées.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Convention citoyenne sur le climat : Macron accusé de ne pas tenir ses engagements Crédit Image : Ludovic MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Florise Vaubien

Une loi sur le climat issue des propositions de la convention citoyenne doit bientôt voir le jour mais l’une des figures de cette convention, Cyril Dion, accuse Emmanuel Macron de ne pas tenir ses engagements

Vendredi 4 décembre, dans son entretien avec Brut, le président était colère quand on lui a demandé de répondre à de telles accusations. "Qu'un citoyen m'a aidé à avoir cette idée ne fasse pas de caricature en disant 'C'est à prendre ou à laisser, vous devez l'appliquer tel quel !", a-t-il déclaré. "Il y a un gouvernement qui a une responsabilité démocratique, il y a un parlement, et c'est normal qu'il y ait un travail pour finaliser les solutions", a-t-il ajouté. 

Le lendemain, Le Monde publie une tribune du réalisateur et cinéaste Cyril Dion, une des trois personnes qui doit garantir l’application des mesures imaginées par la convention citoyenne. Dans cette tribune, il regrette que le chef de l'État s’emporte contre les inquiets et demande de respecter sa parole. 

Le 29 juin, dans le parc de l’Elysée, Emmanuel Macron a annoncé reprendre 146 des 149 propositions en ces termes. "Ces propositions seront transmises sans filtre soit au gouvernement, soit au parlement, soit aux Français", avait-il dit. Mais Depuis six mois, cette promesse de "sans filtre" fait débat. 

40% des mesures appliquées

À lire aussi
coronavirus
Bergé juge "l'escapade en Amérique du Sud" de Mélenchon "d'une rare indécence"

Le projet de loi devrait permettre d’appliquer près de 40% des mesures citoyennes. Mais on a vu avec la 5G, des premières tensions : la convention avait demandé un moratoire et finalement, on les a traités d'"Amishs". Tensions aussi sur la baisse de la TVA, et sur la baisse des billets de train pour inciter aux transports propres. Interdire la publicité pour les véhicules polluants semble également compliqué. 

En revanche, dans le cadre des projets de loi de Finance, le gouvernement a voté une taxe les véhicules les plus lourds. Or, la loi s’applique aux voitures de plus de 1.800 kilos alors que la convention avait proposé un seuil de 1.400 kilos. Ce malus ciblera moins de 3% des voitures. 

Le problème réside encore dans le "sans filtre" du chef de l'État. Certes, les 150 membres de la convention climat ont travaillé mais si vous essayez d’en faire des lois, il faut obligatoirement passer par l'Assemblée nationale et le Sénat. Le problème persiste ainsi dans le respect de la parole donnée et on n'a pas l'impression que les prochaines décisions vont détendre la situation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Changement climatique Loi Climat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants