1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Confiance" dans la justice : quand Dupond-Moretti dénonçait la suppression du jury populaire
1 min de lecture

"Confiance" dans la justice : quand Dupond-Moretti dénonçait la suppression du jury populaire

ÉCLAIRAGE - Le garde des Sceaux a présenté en Conseil des ministres le projet de loi visant à "restaurer la confiance" dans la justice. Un texte déjà critiqué par les magistrats et les avocats.

Éric Dupond-Moretti à l'Assemblée nationale, le 16 mars 2021
Éric Dupond-Moretti à l'Assemblée nationale, le 16 mars 2021
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Justice : que contient le projet de loi visant à restaurer la confiance
01:35
Justice : que contient le projet de loi visant à restaurer la confiance
01:35
Marie-Pierre Haddad

Comment réconcilier les citoyens avec la justice ? Éric Dupond-Moretti s'attèle à remettre du lien. Le garde des Sceaux a présenté ce mercredi 14 avril en Conseil des ministres, son projet de loi visant à restaurer la confiance envers la justice. Des changements majeurs y sont prévus, comme par exemple la généralisation des cours criminelles départementales. Le ministre de la Justice y prévoit la suppression des jurés populaires pour certains crimes

Ce sujet est alimenté par les critiques des avocats pénalistes depuis le lancement de l'expérimentation en 2019. Un système qu'Éric Dupond-Moretti fustigeait à l'époque où il était avocat. Il avait vertement critiqué leur expérimentation : "C'est la mort de la cour d'assises !", s'était-il insurgé en mai 2020, comme le rappelle l'AFP. 

En 2017, il déclarait sur France 3 : le jury populaire "est une bouffée d'oxygène dans le corporatisme des juges". "Je rappelle que la justice est rendue au nom du peuple et on voudrait interdire le peuple de rendre justice", ajoutait-il dans une vidéo publiée par l'INA

Je ne renie rien de ce que j'ai dit

Éric Dupond-Moretti sur Franceinfo

"Je ne renie rien de ce que j'ai dit", s'est défendu le ministre de la Justice sur Franceinfo. Et d'ajouter qu'il ne comprenait pas "cette polémique". "Depuis que je suis devenu ministre, j'ai eu des assurances, notamment de la part de notre président de la République, qui est très attaché au jury populaire, comme je le suis moi-même", a-t-il ajouté.  

À lire aussi

Le ministère de la Justice affirme que l'expérimentation des cours criminelles est une réussite. Il souligne aussi que les meurtres et les assassinats resteront jugés en cour d'assises. Les ténors du barreau restent à convaincre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/