1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Comment nos ministres gèrent-ils les longues journées et les petites nuits
3 min de lecture

Comment nos ministres gèrent-ils les longues journées et les petites nuits

ÉCLAIRAGE - Café, micro-sieste, méditation... Tous ont leur technique pour parer au manque de sommeil. Le magazine "Elle" a mené l’enquête pour savoir comment les politiques gèrent leur fatigue.

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe, le 3 décembre 2019, à l'Assemblée nationale
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe, le 3 décembre 2019, à l'Assemblée nationale
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
La Revue de Presse du 02 mars 2021
03:29
La Revue de Presse du 02 mars 2021
03:28
Isabelle Choquet

Petit coup de fatigue au gouvernement ? Ces dernières semaines, ces derniers mois, on a vu certains de nos ministres le teint cireux, la voix éteinte, les valises sous les yeux...
Le magazine Elle a mené l’enquête pour savoir comment ils gèrent leurs longues journées et leurs petites nuits. 

Bien sûr, nous ne sommes pas tous égaux face à la fatigue, mais les effets de la fatigue, eux, sont les mêmes pour tous. "Impossible de tenir avec des nuits de moins de cinq heures", dit la spécialiste du sommeil Sylvie Royant-Parola. "Si l’on dort moins de deux heures que son temps de sommeil habituel", dit-elle, "c'est comme si on avait un gramme d’alcool dans le sang. On a l’impression d’être performant et intelligent, sauf que ce n’est pas le cas". 

Un message qui a fait son chemin. Dans l’enthousiasme des débuts, Emmanuel Macron n’hésitait pas à empiéter sur ses nuits pour finir sa journée, au risque d’épuiser ses ministres et ses collaborateurs. Aujourd’hui tout le monde a levé le pied. "Il y a une sorte d’obligation morale à dormir plus", dit un proche. "On attend de nous de la lucidité et de la disponibilité intellectuelle et physique".

Le Drian décline les dîners

En vieux routard de la politique, François Hollande l’avait compris dès le début. L’ancien président faisait en sorte de se coucher vers 23h30-minuit, quitte à prendre parfois des médicaments pour faciliter le sommeil. Le réveil sonnait vers 5 ou 6 heures du matin. 

À lire aussi

Dans une vie de politique, le moindre roupillon est bon à prendre. Jean-Yves Le Drian, qui est ministre depuis plus de huit ans, sait qu'à tout moment il peut y avoir une mauvaise nouvelle porteuse de nuit blanche. Alors il décline autant que possible les invitations du soir, il évite les dîners chargés. Et quand il se déplace en avion, après le déjeuner, il n’est pas rare de le voir enfiler une polaire kaki élimée pour piquer un petit somme. 

Sauf que parfois ce n'est pas le moment. Alors pour éviter de piquer du nez sur les dossiers, il y a ceux qui se mordillent les doigts en plein Conseil des ministres, ceux qui prennent des notes…  

Café et micro-sieste pour Véran

Fatigué, il a des raisons de l’être, Olivier Véran. Pour tenir, le ministre de la Santé carbure au café et au Coca Zéro. Disons-le tout net : ça ne suffit pas. Bien sûr, comme médecin, il a connu les nuits de garde. Mais justement, il connaît aussi les dangers du manque de sommeil. 

"Il faut que je puisse réfléchir et prendre les bonnes décisions dans la journée", dit-il. Pour compenser les nuits trop courtes, le ministre s’accorde une micro-sieste de 20 minutes une fois par semaine, et des séances de méditation avec l'application Petit Bambou. Il continue aussi à faire du sport, une heure de boxe par semaine, comme Emmanuel Macron.

Je dors peu, mais j'ai toujours peu dormi, donc ça me coûte très peu"

Emmanuel Macron

Le président qui aime à se présenter en oiseau de nuit : "je dors peu, mais j'ai toujours peu dormi, donc ça me coûte très peu". Ses ministres, ses collaborateurs ont tous raconté ces SMS qu’il envoie parfois jusqu’à trois heures du matin. Jupiter, maître des horloges. Ce que la légende ne dit pas, c’est que Jupiter n’est pas du matin apparemment. "Il commence rarement ses rendez-vous avant 9h", dit un ancien collaborateur anonyme. 

C'est le jeu. Le président n’est le premier pas à raconter l’histoire du chef qui ne dort jamais. Napoléon l’a fait, Margaret Thatcher, Donald Trump… Et aux grandes heures de l’URSS, Staline laissait une pièce du Kremlin allumée en permanence, pour alimenter le récit du petit père qui sacrifie ses nuits. Une histoire à dormir debout, forcément… 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/