2 min de lecture Jean-Michel Blanquer

"Blanquer n'est plus le ministre, champion du gouvernement", selon Olivier Bost

ÉDITO - Jean-Michel Blanquer ne serait plus le meilleur élève de la classe gouvernementale. Il vient même de réveiller les envies de grèves de nos profs.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"Blanquer n'est plus le ministre, champion du gouvernement", selon Olivier Bost Crédit Image : ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

La loi pour l'école de la confiance sera examinée à partir de ce mardi 14 mai au Sénat. Avec sa loi, Jean-Michel Blanquer a pour l'instant plus inquiété que donné confiance. Finie la magie "Jean-Michel Blanquer". Quand les profs, les parents d'élèves, et une bonne partie de la classe politique ne lui trouvaient que des qualités.

Il y a quelque chose qui s'est grippé dans la parfaite mécanique du ministre de l'Éducation. Le comble, c'est que c'est à cause de sa loi baptisée "l'école de la confiance". Le titre est un peu ridicule et plutôt que la confiance, cette loi a en fait alimenté des craintes, provoqué un peu de paranoïa et réveillé quelques oppositions.

Mais qu'est-ce qui fait peur ? Tout ce qui n'est pas dans la loi. Les profs croient qu'on veut museler leur droit de parler publiquement de l'école, de critiquer les choix du ministère. La fusion possible d'écoles et de collèges a fait resurgir les craintes de fermeture et la disparition des directeurs en primaire.

De bonnes ficelles usées

Avec la scolarisation dès 3 ans, des élus ont redouté d'être obligés de subventionner des écoles maternelles privées. Bref... Rien de tout cela n'est forcément vrai, mais comme il n'y a pas grand chose dans cette loi, notamment une nouvelle réforme de la formation des profs. Il n'en reste surtout qu'une grande confusion.

À lire aussi
La mairie de Roubaix illustration) islamisme
Séparatisme islamiste : un député de la majorité accuse Blanquer "d'irresponsabilité"

Jean-Michel Blanquer, le ministre qui dit des choses simples. Le ministre du bon sens a complètement raté son coup. Résultat : il a réveillé les envies de grèves des enseignants, et les parents d'élèves sont furibards. À tel point qu'il a été obligé de concéder quelques retours en arrière. Jean-Michel Blanquer n'est plus le ministre, champion du gouvernement, à qui tout réussi.

Mais il y a autre chose. Les bonnes ficelles de Jean-Michel Blanquer se sont usées. Il a marqué ses débuts de ministre avec des mesures de bon sens : les fondamentaux de la lecture, de l'écriture et du calcul. Et puis, il a fait dans l'image d'Epinal : l'uniforme, la dictée quotidienne, la chorale... Un petit côté "école de la IIIème République" qui a séduit chez les conservateurs, chez ceux qui n'avaient pas voté spontanément Emmanuel Macron.

Dans l'attente d'une refonte de l'Éducation nationale

Pour le côté social, il y a eu les classes de CP, et maintenant de CE1, à 12 élèves. Une promesse emblématique du quinquennat, qui fait consensus, et qui va rester. Le bilan reste donc largement positif. Oui... sauf que si on y regarde de plus près, et en attendant de voir le début de la réforme du bac, Jean-Michel Blanquer n'a pas tellement touché en fait à l'Éducation nationale.

Par exemple : il avait promis de donner plus d'autonomie aux directeurs d'écoles, de collèges, de lycées. On attend toujours. Pourquoi cela ne figure pas dans sa loi pour la confiance ? Peut-être parce que là, il risque de rentrer dans le dur. Introduire un peu de gestion des ressources humaines dans les écoles, c'est le tabou absolu. C'est plus risqué, et moins porteur, que de remettre un peu d'ordre dans les programmes scolaires...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-Michel Blanquer Éducation nationale École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants