4 min de lecture La République En Marche

Benjamin Griveaux : de "DSK boy" et figure de la macronie à candidat déchu

PORTRAIT - Des rangs socialistes à la campagne présidentielle de 2017, le parcours politique de Benjamin Griveaux a été marqué par ses rencontres avec Montebourg, DSK et Macron.

Benjamin Griveaux
Benjamin Griveaux Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Une fin de campagne brutale. Benjamin Griveaux a tiré un trait sur ses ambitions pour les élections municipales à Paris, après la diffusion de vidéos à caractère sexuel le mettant en cause. "En annonçant ma candidature à la mairie de Paris, je connaissais la dureté du combat politique", a-t-il commencé dans une brève déclaration solennelle, "enregistrée au milieu de membres très émus de son équipe de campagne", comme le rapporte l'AFP

"J'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection municipale parisienne. Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C'est d'abord ma famille, vous l'aurez compris", a dit le candidat de La République En Marche. Macroniste de la première heure, dans le cercle privé du président de la République, porte-parole du gouvernement... Benjamin Griveaux s'est entretenu tard, la veille de son renoncement, avec Emmanuel Macron, qui l'a selon lui assuré de son soutien "quelle que soit sa décision", en l'invitant à protéger les siens. 

C'est donc d'une voix blanche que Benjamin Griveaux a renoncé à poursuivre la campagne pour la mairie de Paris. Figure de la macronie, cet ancien socialiste issu de la strausskhanie faisait partie du "clan Macron". Bien plus qu'un groupe de proches collaborateurs qui gravitent autour d'Emmanuel Macron, il s'agit d'une garde rapprochée.

De Châlon-sur-Saône à la campagne de DSK en 2006

Ce proche du chef de l'État s'était donc rapproché d'une de ses plus grandes ambitions, l'été dernier, lorsqu'il avait été investi par La République En Marche à Paris. Dans cette ville qui avait plébiscité Emmanuel Macron en 2017, traversée par une contestation aiguë contre la maire PS sortante Anne Hidalgo, celui qui avait été élu député deux ans plus tôt devait poursuivre une ascension réputée fulgurante

À lire aussi
Olivier Véran, le 6 mars 2020 gouvernement
Coronavirus : Olivier Véran, un style à mi-chemin entre politique et technicien

"Il paraît qu'il voulait déjà être maire de Paris à l'âge de 19 ans", raille un député de la majorité. Au commencement, celui qui est diplômé de Sciences Po et HEC - il a en revanche raté l'ENA - avait pourtant fait ses armes politiques sur ses terres natales, en Saône-et-Loire.  

Ce fils d'un notaire et d'une mère avocate avait été élu conseiller municipal de Châlon-sur-Saône, puis conseiller général en 2008, sous la présidence d'Arnaud Montebourg, alors qu'il avait gravité dès 2003 dans les cercles strauss-kahniens, avant de participer à la campagne de DSK à la primaire de 2006. 

Aux côtés de Macron dès la création d'En Marche !

"Benjamin Griveaux, c'est mon fils spirituel", aime raconter l'ancien ministre François Patriat, ex-PS jadis proche de l'ancien patron du FMI et passé chez LaREM. "J'étais au lycée avec sa mère. Je voulais en faire mon successeur à la Région (Bourgogne), mais il s'est fait tuer par les socialistes orthodoxes", déplore cet indéfectible soutien. À défaut des charmes discrets de la bourgeoisie provinciale, c'est dans le cabinet parisien de la ministre socialiste de la Santé Marisol Touraine que l'ambitieux a poursuivi son ascension à partir de 2012

Et après un passage en 2014 par la direction de la communication et des affaires publiques du groupe d'immobilier commercial Unibail-Rodamco, sa carrière connaît un tournant en 2015, lorsqu'il est contacté par Ismaël Emelien, alors conseiller d'Emmanuel Macron, pour la création du mouvement En Marche !. 

Car le petit commando qui entoure celui qui est alors ministre de l'Économie de François Hollande se connaît de longue date : Stanislas Guerini, Ismaël Emelien, Cédric O, Benjamin Griveaux... tous d'anciens "DSK boys", dont l'amitié s'est nouée au QG de leur champion, rue de la Planche à Paris. En s'engageant pour Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux se rend indispensable dans la campagne, coordonne le porte-parolat du parti et multiplie les passages télévisés ou radio, autant qu'il accroît sa notoriété.  

Une chute brutale à un mois du 1er tour des municipales

Ses amis apprécient son côté cash, "intelligent, malin", mais les critiques sont nombreuses : "dévoré par l'ambition", cingle un socialiste qui lui fut proche, quand un autre épingle son "arrogance" et assure qu'"il a beaucoup d'ennemis, pas forcément à tort". Un ministre résume : "Benjamin Griveaux, c'est un gentil garçon. Mais il aime trop la rhétorique, la dialectique, montrer qu'il est très intelligent". 

En janvier 2019, il est la cible d'une poignée de manifestants "gilets jaunes" qui défoncent avec un engin de chantier le portail de son ministère, alors qu'il a été nommé un an plus tôt porte-parole du gouvernement. À peine désigné candidat à la mairie de Paris, son image s'était à nouveau détériorée lors de la révélation d'un enregistrement dans lequel il insultait nombre de ses camarades. 

La campagne qui s'annonçait comme une voie triomphale vers l'Hôtel de ville de la capitale tourne finalement au chemin de croix. Il doit affronter la candidature dissidente de Cédric Villani, bien que celui-ci ait brigué l'investiture LaREM et se soit engagé à soutenir le candidat désigné. Au fur et à mesure de la campagne, les sondages étaient médiocres, le marcheur étant largement devancé par la sortante socialiste. Ce père de trois enfants, fan de l'écrivain Brett Easton Ellis, de séries américaines et du groupe de rock Nirvana, a finalement renoncé un mois avant le premier tour.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Élections municipales à Paris Benjamin Griveaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants