2 min de lecture Économie

Baisses d'impôts : pourquoi l'annonce d'Édouard Philippe est à relativiser

ÉCLAIRAGE - Édouard Philippe a annoncé ce 12 juin, lors de son discours à l'assemblée, une baisse d'impôts "historique" pour les ménages. Véritable coût, bénéficiaires, financement, voici ce qu'il faut comprendre de l'annonce du premier ministre.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Baisses d'impôts : pourquoi l'annonce d'Edouard Philippe est à relativiser Crédit Image : Joël SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Joanna Wadel

Le premier ministre a en fait récapitulé les mesures déjà en vigueur, et celles déjà annoncées : suppression progressive de la taxe d'habitation, baisse de l'impôt sur le revenu, défiscalisation des heures supplémentaires, suppression de l'ISF... En en faisant l'addition, Édouard Philippe arrive à 27 milliards sur le quinquennat. 

Mais ce décompte comporte des abus, car le vrai chiffre est plutôt de l'ordre de 23 milliards d'euros. La différence, 4 milliards, ce sont des baisses d'impôt décidées aujourd'hui, mais qui ne s'appliqueront qu'après le quinquennat, en 2022 et 2023. Qui s'appliqueront donc si le nouveau président élu en mai 2022 ne les remet pas en cause, ce qui est hypothétique.

Il s'agit de la suppression progressive de la taxe d'habitation pour les contribuables dits aisés, ceux qui gagnent plus de 2.700 euros par mois, qui devront donc attendre l'après quinquennat, si la mesure est maintenue. Autant dire qu'ils ne doivent pas trop y compter.

C'est une vraie baisse, mais cela n'a rien d'un choc.

François Lenglet
Partager la citation

De plus, il s'agit pas d'une baisse "historique" des impôts, comme le prétend Édouard Philippe. C'est un gros point de PIB, sur cinq ans. Cela représente près de 2,5% de la totalité des impôts et taxes payés en France. C'est une vraie baisse, mais cela n'a rien d'un choc fiscal. 

À lire aussi
Un 4x4 Jeep du groupe Fiat-Chrysler. environnement
Pourquoi le 4x4 est une source majeure d'émissions de CO2 et de réchauffement

Quant à se comparer à l'Histoire, le gouvernement de Lionel Jospin a fait davantage, au début des années 2000, lorsque Laurent Fabius était à Bercy. Et pour mémoire, le début du quinquennat Sarkozy, en 2007, a vu une baisse d'impôts du même ordre, sur quelques mois seulement. C'est vrai que les impôts ont ensuite remonté, à la fin du quinquennat, en 2011-2012.

La classe moyenne et les plus fortunés sont gagnants

Ces mesures vont profiter à tout le monde, sauf une catégorie de Français. Les gagnants d'abord, c'est la classe moyenne. Si elle paye l'impôt sur le revenu, elle va sentir la facture s'alléger, grâce à la baisse de la première tranche, qui passe de 14% à 11%, ce qui représente 350 euros en moyenne pour 12 millions de foyers

Et si elle ne paye pas d'impôt, elle verra quand même parfois ses revenus augmenter, grâce à la hausse de la prime d'activité. Et elle profitera de la suppression de la taxe d'habitation. Les gros gagnants ensuite, ce sont les très fortunés, qui ont vu l'ISF disparaître et l'impôt sur les dividendes baisser fortement, dès le début du mandat d'Emmanuel Macron. 

Les aisés passeront au travers des mesures

Et entre les gagnants et les gros gagnants, il y a les pigeons. Ceux qui sont juste assez riches pour ne pas profiter des mesures classes moyennes, et pas assez pour profiter de la réforme de l'ISF. Ce sont ceux qu'on appelle les aisés.

Un aisé gagne au moins 35.000 euros de revenus annuels, ce qui fait 10 à 15% des Français. C'est la "chair à canon fiscale", qui a été déjà fort malmenée par François Hollande, et qui est oubliée par Macron. Le paradoxe, d'ailleurs, c'est ce que ce sont eux qui constituent son électorat.

Un financement encore opaque

Le premier ministre n'a donné ce mardi aucun élément concret sur le financement de ces mesures, si ce n'est des pistes assez vagues pour réduire les niches fiscales des entreprises, c'est à dire augmenter leurs impôts. Pour le reste, c'est l'inconnu. Et quand c'est l'inconnu, c'est en fait très bien connu. C'est le déficit. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Impôts Baisse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants