1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Avancer" avec Le Pen et faire un accord le RN ? La macronie en difficulté pour trancher
4 min de lecture

"Avancer" avec Le Pen et faire un accord le RN ? La macronie en difficulté pour trancher

DÉCRYPTAGE - En charge des relations avec le Parlement, Olivier Véran a affirmé que la majorité à l'Assemblée devait être en mesure de se passer des voix des députés RN. Mais est-ce aussi simple pour la macronie ?

Olivier Véran, Clément Beaune, Eric Dupond-Moretti et François Bayrou
Olivier Véran, Clément Beaune, Eric Dupond-Moretti et François Bayrou
Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad

Où trouver 44 députés ? C'est la question qui tourne en boucle dans l'esprit d'Emmanuel Macron et des proches du président de la République, depuis maintenant trois jours. Conséquence directe de la perte de la majorité absolue, les 245 députés macronistes devront compter sur 44 élus de l'opposition pour voter avec eux les textes de loi. Des députés qui auront un poids considérable dans cette nouvelle législature. 

Vers qui devront-ils se tourner ? De ce choix découle une direction qui pourrait impacter la politique souhaitée par Emmanuel Macron et la législature. Doivent-ils compter sur les députés Les Républicains ? Ceux du Rassemblement national ? Ou ceux de la France insoumise ? Un dilemme macronien avec des airs cornéliens.

Signe incontestable que l'heure est grave : Emmanuel Macron prend lui-même le dossier en charge et consulte tout azimut. Le président de la République mène, sur deux jours, des "consultations politiques nécessaires en recevant les chefs de parti susceptibles d'avoir un groupe à l'Assemblée nationale afin d'identifier les solutions constructives envisageables au service des Français", a indiqué l'Elysée. 

Olivier Véran trace une ligne rouge avec le RN

Le cas particulier du Rassemblement national rajoute des nœuds au cerveau de la macronie. Le ministre en charge des Relations avec le Parlement, Olivier Véran, a exclu, ce mercredi 22 juin, le RN et LFI de la majorité que le gouvernement cherche à constituer pour faire voter ses lois.

À écouter aussi

"Ce qui est sur la table, c'est d'identifier une majorité pour pouvoir avancer, réformer et transformer notre pays, a-t-il expliqué sur BFMTV. Toutes les options sont sur la table. Ça peut être effectivement un élargissement de notre majorité, la poursuite du dépassement centre gauche-centre droit, ça peut être pourquoi pas un élargissement encore plus large pour se dire : 'L'heure est grave, il faut que nous puissions unir nos forces et trouver des points de consensus pour réformer le pays', ou ça peut être un système de majorité projet par projet, tantôt avec la gauche, tantôt avec la droite". 

Je pense qu'avec le RN, il n'y a pas ce socle d'idées communes

Clément Beaune, ministre délégué chargé de l'Europe

Mais selon Olivier Véran, "faire le calcul par anticipation que grâce aux voix du RN nous passerions un texte que nous ne passerions pas sans eux, c'est non, ni d'ailleurs avec les LFI"

Elus députés de justesse, Clément Beaune et Stanislas Guerini tracent aussi une ligne rouge à ne pas franchir. "Je pense qu'avec le RN, il n'y a pas ce socle d'idées communes. Moi, j'ai toujours été clair là-dessus, a indiqué le ministre délégué chargé de l'Europe. Avoir des coalitions (...) cela ne veut pas dire que tout se vaut (...) Le RN, moi, je respecte, parce que c'est la démocratie (...). En revanche, je dis : 'Nous ne sommes pas d'accord. Moi, je ne partage pas leur projet politique'".

Le ministre de la Fonction publique, Stanislas Guerini, a affirmé que la majorité n'a "pas vocation à faire une sorte de contrat de gouvernement avec le RN ou avec quiconque". Rejetant ainsi même la proposition d'un gouvernement de coalition, évoquée par Emmanuel Macron et rapporté par le communiste Fabien Roussel.

Eric Dupond-Moretti veut "avancer" avec le RN

La façon de gérer le RN ne cesse de faire douter au sein de la macronie. Olivier Véran est monté au créneau pour rappeler la position ferme et sans compromis à l'égard du parti d'extrême droite. Cela reflète surtout un besoin de redéfinir et d'appuyer une ligne qui dévie. Le premier a évoqué le sujet est Eric Dupond-Moretti. Le garde des Sceaux a été l'un des ministres les plus férocement impliqués pour lutter contre le Rassemblement national. 

Sur BFMTV le soir des résultats des élections législatives, il expliquait : "Quand on propose un texte, il y a un certain nombre d’amendements, parfois ils sont présentés par milliers pour bloquer le système. Est-ce que c’est ça que veulent les Français, je pense que non". Le ministre de la Justice a ajouté que les Français "veulent en revanche incontestablement qu’on puisse avancer avec beaucoup de bon sens". "C’est en réalité à l’Assemblée nationale que nous verrons comment nous essayons d’avancer ensemble", a-t-il indiqué.

Je ne sais pas si ça s’appelle extrême droite

François Bayrou sur France 2

Est-ce une initiative individuelle ? Pas si sûr...  Proche d'Emmanuel Macron, François Bayrou se trouvait dimanche soir sur France 2, face à Philippe Ballard, élu RN dans l’Oise. "Je ne sais pas si ça s’appelle extrême droite", a déclaré le patron du MoDem à destination de son adversaire politique. 

Le message s'est aussi diffusé auprès de certains députés. Céline Calvez, élue Renaissance des Hauts-de-Seine assurait sur France : "Quand on a besoin d'avoir une majorité et si c'est bon pour les Français, on va aller chercher les voix du Rassemblement national".

La nouvelle présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée, Aurore Bergé, a évoqué le choix de 70% des électeurs de la majorité présidentielle de s'abstenir dans les duels opposant la Nupes au RN. "On avait malheureusement des cas où c’était compliqué de définir qui était le candidat le plus républicain. Regardez un duel entre François Ruffin et le RN". Un lien qui a déclenché une vague de critique de la part de la gauche. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/