1 min de lecture Attentats dans l'Aude

Attentats de l'Aude : Philippe veut continuer le "travail" face à la "radicalisation"

Le Premier ministre Édouard Philippe a rendu hommage samedi, aux quatre personnes tuées il y a un an dans les attentats jihadistes dans l'Aude, déclarant vouloir poursuivre le "travail de reconquête républicaine dans le pays".

Laurent Nunez, Edouard Philippe et Christophe Castaner à Trèbes le 23 mars 2019
Laurent Nunez, Edouard Philippe et Christophe Castaner à Trèbes le 23 mars 2019 Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

"Vous pouvez être assurés que rien ne nous arrêtera dans le travail nécessaire de reconquête républicaine qu'il nous faut livrer" face à la "radicalisation", a assuré Édouard Philippe à Trèbes samedi, devant les familles des victimes des attentats ayant frappé le département de l'Aude il y a un an.

Le 23 mars 2018, "le terrorisme islamiste frappait une nouvelle fois, (...). La ville de Trèbes est devenue un symbole de notre pays, capable du meilleur quand il est confronté au pire", a déclaré le Premier ministre sur le parvis de la mairie. Autour de lui, des habitants de Trèbes de tous âges, le plus souvent vêtus de noir, se tenaient la main et essuyaient des larmes.

Tenus à distance, une vingtaine de "gilets jaunes" ont procédé à un lancer de ballons jaunes à la fin de la cérémonie, criant leur colère en ce jour de l'acte 19 du mouvement. Quelques heures plus tôt, dans la caserne Iéna de Carcassonne, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a elle aussi souligné la nécessité de "réarmer la République face à la radicalisation". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats dans l'Aude Trèbes Attentats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants