1 min de lecture Emmanuel Macron

Attaque à la préfecture de police : Macron a-t-il raison de maintenir sa venue à Rodez ?

ÉDITO - Pour Olivier Mazerolle, la décision du chef de l'État de maintenir sa participation au débat consacré aux retraites à Rodez "risque de ne pas être comprise", après l'attaque survenue à la préfecture de police de Paris.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Attaque à la préfecture de police : Macron a-t-il eu raison de maintenir sa venue à Rodez ? Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle et Léa Stassinet

L'horreur a frappé ce jeudi 3 octobre dans les locaux de la préfecture de police de Paris. Un agent administratif au sein de la DRPP (Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris) muni d'un couteau de cuisine a tué quatre de ses collègues. L'assaillant, âgé de 45 ans, a été abattu par un policier qui l'avait sommé en vain de lâcher son couteau.

"C'est un double traumatisme", explique sur RTL Olivier Mazerolle. "D'abord pour les policiers qui sont attaqués chez eux par l'un des leurs, et pour l'ensemble des Français, car l'attaque a eu lieu dans le service de renseignement de la préfecture, le service dans lequel le recrutement est le plus contrôlé le plus surveillé".

Dans ces conditions, Emmanuel Macron a-t-il eu raison de se rendre à Rodez quelques heures après le drame pour participer à un débat sur les retraites ? "Il court le risque de ne pas être compris", estime Olivier Mazerolle. "C'est une décision difficile à prendre mais cela fait quand même un peu déplacé de le voir disserter avec brio quand les policiers sont déstabilisés et les Français ont besoin d'être rassurés. Il faut savoir accompagner le vécu du pays, c'est la règle absolue pour un politique", rappelle le journaliste. 

"En allant à Rodez, Emmanuel Macron prend le risque de passer à côté, à un moment où il a pourtant grand besoin de retrouver la confiance du public", conclut l'éditorialiste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Faits divers Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants