2 min de lecture Paris

Attaque au couteau à la préfecture de police de Paris : ce que l'on sait

ÉCLAIRAGE - Jeudi 3 octobre, un employé administratif de la préfecture de police a tué quatre de ses collègues à l'arme blanche, avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

Des policiers et ambulances devant la préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019.
Des policiers et ambulances devant la préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019. Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
micro générique
La Rédaction RTL et Léa Stassinet

L'attaque a fait quatre victimes. Jeudi 3 octobre aux alentours de 13 heures, Michael A., qui travaillait selon nos informations depuis une vingtaine d'années au service informatique de la direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris a agressé ses collègues au couteau, dans les locaux de la préfecture.

Ernest D., qui travaillait avec lui au service informatique, Brice L., ancien employé du service administratif, Anthony L., qui travaillait lui aussi au service administratif ainsi qu'une femme ont succombé à leurs blessures. Trois des quatre victimes ont été tuées dans leur bureau, la dernière dans l'escalier. L'assaillant, âgé de 45 ans, a été abattu dans la cour de l'établissement par les forces de l'ordre.

Une autre personne a été évacuée "en urgence absolue" vers l'hôpital d'instruction des armées Percy, selon une autre source proche du dossier. 

Perquisition au domicile de l'assaillant

Pour le moment, la piste d'un conflit interne est privilégiée mais toutes les hypothèses restent ouvertes pour tenter de comprendre le geste de l'auteur présumé. Les enquêteurs sont actuellement en train de perquisitionner son domicile situé en région parisienne. Sa femme a été placée en garde à vue, selon le parquet.

À lire aussi
En periode de grand froid, le Samu Social multiplie les maraudes dans les rues de Paris. (illustration) précarité
Paris : 700 enfants dorment dans la rue chaque nuit

Le président Emmanuel Macron s'est rendu sur place dans l'après-midi, de même que son Premier ministre Édouard Philippe, et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui devait se rendre en Turquie. Il a d'ailleurs annoncé reporter son déplacement initialement prévu. Le ministre de l'Intérieur a parlé d'un "événement d'une gravité exceptionnelle" et a donné des "nouvelles rassurantes" du policier blessé, actuellement opéré.

Selon Christophe Castaner, l'assaillant n'avait "jamais présenté de difficulté comportementale", ni "le moindre signe d'alerte". 

Le procureur de Paris et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont également déplacés. "Paris pleure les siens cet après-midi après cette effroyable attaque survenue à la@prefpolice. Le bilan est lourd, plusieurs policiers ont perdu la vie. En mon nom et celui des Parisiens, mes premières pensées vont aux familles des victimes et à leurs proches", a écrit la maire sur Twitter. 

Rémy Heitz, le procureur de Paris, a indiqué avoir ouvert une enquête confiée à la brigade criminelle de la direction régionale de la police judiciaire pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique".

L'Assemblée nationale a de son côté observé un "moment de recueillement" debout à l'ouverture de sa séance de l'après-midi, en hommage aux quatre victimes. "En début d'après-midi, une attaque a eu lieu à la préfecture de police de Paris. En mémoire des personnes qui ont perdu la vie, je vous invite à observer un moment de recueillement", a déclaré la vice-présidente Laetitia Saint-Paul (LaREM), en ouvrant la séance consacrée au projet de loi bioéthique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Faits divers Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants