1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Assurance chômage : Muriel Pénicaud annonce le report de la réforme au 1er septembre

Assurance chômage : Muriel Pénicaud annonce le report de la réforme au 1er septembre

En raison de la crise sanitaire due au coronavirus, la ministre du Travail a expliqué que la réforme de l'assurance chômage n'entrerait pas en vigueur au 1er avril, comme c'était initialement prévu.

La  ministre du Travail Muriel Pénicaud à l'Assemblée nationale le 5 juillet 2017
La ministre du Travail Muriel Pénicaud à l'Assemblée nationale le 5 juillet 2017
Crédit : Martin BUREAU / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
Journaliste

Les syndicats et la gauche demandaient un report de la réforme de l'assurance chômage en raison des bouleversements économiques du coronavirus sur les plus précaires, c'est désormais chose faite. La ministre du Travail Muriel Pénicaud semble les avoir entendus puisqu'elle a annoncé ce lundi 16 mars un report de a réforme au 1er septembre prochain.

"J’ai proposé le report du 1 avril au 1er septembre. Les règles ne changent plus au 1er avril, je publierai un décret bientôt", a assuré la ministre sur BFMTV et RMCC’est la CFDT qui s'est insurgée la première ce mardi 10 mars en alertant sur le sort des travailleurs les plus précaires, tels que les salariés en CDD de courte durée et les intérimaires de l’événementiel, notamment du tourisme. Ils risquent en effet selon le syndicat d’être "la première variable d’ajustement" des difficultés économiques à venir liées à l’épidémie du coronavirus.

C’est bien en période de crise que le rôle d’amortisseur social de l’assurance chômage doit être réaffirmé

Laurent Berger

Laurent Berger a en effet fait valoir que "c’est bien en période de crise que le rôle d’amortisseur social de l’assurance chômage doit être réaffirmé". Pour rappel, la réforme de l'assurance chômage devait venir durcir les règles d'indemnisation des chômeurs. 

Le premier volet de la réforme est en vigueur depuis novembre et prévoit notamment un durcissement de l'ouverture des droits en exigeant que les bénéficiaires aient travaillé six mois sur les 24 derniers, contre quatre sur 28 auparavant, et de leur rechargement, qui est passé d'un mois à six mois de travail.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/