2 min de lecture Réformes

Réforme de l'assurance chômage : "C'est le musée des horreurs", dit Anaïs Bouissou

ÉDITO - La réforme de l'assurance chômage entre en vigueur le 1er novembre. Mais les mesures qu'elle comporte devraient favoriser la précarité, et compliquer l'accès aux droits pour les chômeurs.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Réforme de l'assurance chômage : "C'est le musée des horreurs", dit Anaïs Bouissou Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Noé Blouin

La réforme de l'assurance chômage commence à se mettre en place, elle prendra effet à partir du 1er novembre. Pour les chômeurs, c'est Halloween toute l'année, on peut parler de vampirisation des droits. Au bout du compte, 1 demandeur d'emploi indemnisé sur 2 va y perdre. Selon l'Unédic les plus touchés seront les plus précaires. Muriel Pénicaud, la ministre du Travail a eu du mal à défendre cette réforme la première fois qu'elle l'a présentée.

Elle était censée vanter un changement positif, mais elle a dû s'y reprendre à deux fois : "C'est une réforme [...] pour la précarité", a-t-elle déclaré, un lapsus malvenu. Le pire, c'est que bien souvent encore les demandeurs d'emploi n'ont pas conscience d'à quel point ils vont subir cette réforme.

C'est bien simple, c'est le musée des horreurs. Déjà, pour commencer à ouvrir des droits au chômage, il faudrait avoir travaillé beaucoup plus : 6 mois au cours des deux dernières années, l’équivalent d'un jour travaillé sur 4, contre 1 jour sur 7 aujourd'hui. Le rechargement des droits prend également un coup, il disparaît presque. Soit les allocataires concernés n'auront plus de chômage du tout, soit ils y auront droit plus tard, soit la somme qui leur sera versée sera amputée.

La balance penche du côté négatif

Et ce n'est pas fini, comme dans un château hanté, plus on avance, plus on a de chances de tomber sur un cadavre. Reste à sceller, maintenant, le sort des hauts revenus. Pour ceux qui gagnent plus de 4.500 euros brut, leur allocation sera réduite de 30%, à partir de 6 mois de chômage.

À lire aussi
La  ministre du Travail Muriel Pénicaud à l'Assemblée nationale le 5 juillet 2017 Chômage
Assurance chômage : Muriel Pénicaud annonce le report de la réforme au 1er septembre

À côté de ça, on ouvre des droits nouveaux pour ceux qui démissionnent et pour un certain nombre d'indépendants. Mais franchement, par rapport à tous ceux qui vont y perdre, la balance pèse clairement du côté négatif.

Seule réussite de la réforme : sans aucun doute, les économies. D'ici 3 ans l'État pourrait récupérer 4,3 milliards d'euros. En effet, en avril 2020, les règles vont encore se durcir. Je veux bien qu'il y ait des chômeurs qui abusent, que certains profitent des allocations, comme pour toutes prestations, mais on peut dire que le virage social du quinquennat s'est légèrement fait la malle, et se rapproche beaucoup plus d'un train fantôme.

Le plus : Le tabac c'est démodé

Les Français fument de moins en moins. En 2 ans plus d'1,5 million de fumeurs ont décroché. On imagine que l’augmentation des prix a joué, le paquet de cigarettes peut atteindre 9,30 euros avec une nouvelle hausse de 50 centimes à partir du 1er novembre. Ce jour marquera aussi le début du Mois sans tabac.

La note : 16/20 au média Brut

Les petites vidéos journalistiques diffusées sur Facebook par le média français sont visionnées en moyenne 1 milliard de fois par mois. Brut vient de lever 50 millions de dollars, pour pouvoir se développer aux États-Unis, en Inde et en Chine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réformes Chômage Précarité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants