3 min de lecture Féminisme

Anne Hidalgo "ne partage absolument pas" les constats de la féministe Alice Coffin

INVITÉE RTL - Interrogée sur un passage du livre "Le génie lesbien" de l'élue EELV, la maire socialiste a tenu à marquer sa différence.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury d'Anne Hidalgo Crédit Image : SILVERE GERARD/AGENCE1827/RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Le livre d'Alice Coffin, militante lesbienne, féministe et élue EELV de Paris n'en finit plus de faire parler de lui. Dans Le Génie Lesbien (Grasset), l'élue décrit à ses lectrices le jeûne culturel auquel elle essaye de s'astreindre. Un jeûne 100% féminin pour tenter de rétablir un équilibre mental et symbolique interne alors qu'elle vit, comme nous tous, dans un monde encore dominé par les hommes et leurs travaux. 

"Il ne suffit pas de nous entraider, il faut, à notre tour, les éliminer. Les éliminer de nos esprits, de nos images, de nos représentations, écrit-elle. Je ne lis plus de livres des hommes, je ne regarde plus leurs films, je n'écoute plus leurs musiques. J'essaie du moins. (...) Les productions des hommes sont le prolongement d'un système de domination. Elles sont le système. L'art est une extension de l'imaginaire masculin. Ils ont déjà infesté mon esprit. Je me préserve en les évitant. Commençons ainsi. Plus tard, ils pourront revenir."

Une analyse qui a tôt fait de provoquer la polémique. Certains médias, opposants ou intellectuels, ont critiqué la radicalité de ce passage en se demandant si Alice Coffin ne menait pas une lutte totale pour l'éradication des hommes - ou au moins - et de leurs œuvres. Une caricature en forme d'épouvantail qui oppose, malgré tout, un féminisme "radical" à un féminisme dit de "l’universalisme", plus modéré. 

Se plaçant en adepte de ce dernier mouvement, Anne Hidalgo a réagi à ce passage lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI ce dimanche 4 octobre. La maire socialiste de Paris a déclaré : "[Alice Coffin] utilise sa liberté d'expression et c'est respectable mais je ne partage pas du tout ce type de constat. Je suis une féminisme pour l’universalisme et je me suis engagé toute ma vie pour légalité des droits. Pas pour la suprématie, y compris des femmes sur les hommes. Pour moi, les êtres humains doivent être à égalité. Il faut continuer à avancer sur ce terrain-là. Donc, non, je ne partage absolument pas, même si c'est son droit de s'exprimer comme elle l'entend." 

Schisme dans la majorité

À lire aussi
Au Royaume-Uni, le coût annuel moyen des protections périodiques est de 500 livres. (565 euros) droits des femmes
L'Écosse devient la premier pays à instaurer la gratuité des protections hygiéniques

À 42 ans, Alice Coffin, journaliste de formation, s'était déjà opposée à la maire de Paris peu après les élections municipales en réclamant en juillet le départ du maire-adjoint à la Culture de Paris, Christophe Girard, critiqué pour ses liens avec l'écrivain Gabriel Matzneff, mis en cause pour viols sur mineurs. Au lendemain d'une manifestation qui a conduit à la démission surprise de ce proche d'Anne Hidalgo, Alice Coffin a explosé en plein conseil de Paris, criant "la honte, la honte" (en écho au départ d'Adèle Haenel lors des César après le sacre de Roman Polanski) pendant qu'un hommage lui était rendu. S'en est suivi un conflit majeur au sein de la majorité municipale entre des socialistes ou des écologistes loyales à Alice Coffin ou Anne Hidalgo et d'autres élus embarrassés par cette brouille entre alliées.

Soutenue via le hashtag #JeSoutiensAliceCoffin, après des vagues d'insultes et de menaces sur les réseaux sociaux, l'élue EELV s'est vue reprocher par Anne Hidalgo de se battre "pas pour l'égalité des droits" mais "pour le droit à la différence", et est taxée de "pensée binaire" par la philosophe Elisabeth Badinter. "Je sais qu'en choisissant la généralisation je déplais, car c'est impossible à entendre qu'il y a un problème masculin", déclarait celle qui enseignait depuis 2012 le journalisme à l'Institut catholique de Paris et n'a pas été reconduite à la rentrée. "Mais c'est un discours politique, bien sûr que je ne pense pas que chaque homme est comme ça".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Anne Hidalgo Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants