2 min de lecture Féminisme

Natacha Polony s'inquiète des dérives "d'une partie du féminisme"

ÉDITO - Pour Natacha Polony, "une partie du féminisme est en train de dériver vers une haine des hommes totalement délirante".

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Natacha Polony s'inquiète des dérives "d'une partie du féminisme" Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Maeliss Innocenti

À la suite de ce week-end de manifestations féministes, qui ont plus ou moins bien tourné, Le Monde a publié une tribune. Mais de quoi s'agit-il exactement ?


D’abord, on peut dire un mot de ces manifestations parce qu’elles nous racontent le contexte. Qui se baladait place de la République samedi soir pouvait voir des pancartes comme "les mecs me dégoûtent", ou des tags sur les vitrines : "On se lève et on broie vos prostates" ? C’est pour ceux qui nient qu’une partie du féminisme est en train de dériver vers une haine des hommes totalement délirante.

Et la cérémonie des César, puis le texte de Virginie Despentes dans Libération, à propos du prix attribué à Polanski et de la colère d’Adèle Haenel, glissent sur la même pente. Pour preuve : quiconque conteste par exemple le parti pris du texte de Despentes se trouve accusé de "soutenir les pédophiles".

À quoi sert la présomption d'innocence ?

Bref, le débat et la réflexion deviennent de plus en plus difficiles. Et c’est pour ça qu’il faut lire cette tribune signée par une centaine d’avocates pénalistes qui tentent de rappeler quelques éléments essentiels.

À lire aussi
Harvey Weinstein, le 26 avril 2019 MeToo
Weinstein condamné : une première victoire majeure pour #Metoo

Mais que dit cette tribune du Monde sur le fond ? Ces avocates rappellent une chose essentielle : la prescription et la présomption d’innocence ne sont pas là pour garantir l’impunité des criminels, et en particulier des violeurs. Elles sont des principes essentiels du droit. Et il est assez inquiétant qu’il faille le préciser.

La présomption d’innocence est une liberté fondamentale issue de la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen et reprise dans la Constitution. Donc, un homme qui n’a pas été jugé est présumé innocent et il n’est pas coupable aux yeux de la loi, quoi qu’on pense de lui.

Et la prescription ?

Quant à la prescription, elle est héritée du droit romain et reprise dans le code napoléonien. Il repose sur le droit à l’oubli, qui sert à préserver la paix sociale, sur le pardon légal, qui s’appuie sur l’idée qu’une personne peut changer, et évite de devoir juger quand toutes les preuves ont disparu.

Certaines associations demandent qu’on supprime la prescription dans les cas de viol sur mineur, comme pour les crimes contre l’humanité. Voyez vous-même la différence… Un crime, même atroce, commis par un individu contre un autre individu, doit rentrer dans le cadre de nos principes du droit, qui sont des principes démocratiques. Ce sont des principes qui préservent les libertés fondamentales. Ce n’est pas protéger les violeurs que de le rappeler, mais protéger la démocratie.

Il est tout de même ahurissant que tant de gens soient prêts à jeter ça aux orties pour maintenir des victimes éternelles et désigner des bourreaux absolus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Société Sexisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants