1 min de lecture Anne Hidalgo

Anne Hidalgo en hélicoptère sur le Tour : "Pas de polémique" selon la mairie de Paris

Attaquée de toutes parts, la maire de Paris a dû se défendre après s'être rendue en Falcon, puis en hélicoptère, sur une étape du Tour de France.

La maire de Paris Anne Hidalgo le 21 mars 2019
La maire de Paris Anne Hidalgo le 21 mars 2019 Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Nicolas Barreiro et AFP

La mairie de Paris a estimé ce mercredi 7 août qu'il n'y "avait pas de polémique à avoir", après les attaques de rivaux parisiens d'Anne Hidalgo, montée à bord d'un Falcon et d'un hélicoptère en juillet pour se rendre sur une étape du Tour de France. 

Après avoir écrit le 31 juillet que la maire de Paris Anne Hidalgo avait emprunté le 26 juillet un Falcon pour rallier la 19ème étape du Tour de France en Savoie, le Canard enchaîné a révélé mercredi qu'elle avait "fait aussi un tour en hélico". 

"Ce n'était pas un hélicoptère pour Anne Hidalgo", s'est défendue la Ville, expliquant que la maire de Paris a été invitée par le Tour de France comme "tous les autres maires". "Si l'étape est plus loin que là où le Falcon atterrit, les invités prennent un hélicoptère pour s'y rendre", a plaidé la mairie de Paris, rappelant que "ce n'est pas nous qui affrétons les Falcon".  

Récupération des candidats à la municipale

Certains candidats à Paris pour les élections municipales de 2020 ont pointé du doigt le coût environnemental de tels vols, l'opposant à l'engagement écologiste d'Anne Hidalgo. "Si elle est attachée à la protection de l'environnement, elle aurait pu prendre le train [...] pour donner l'exemple", argue dans un communiqué Gaspard Gantzer, candidat indépendant.

À lire aussi
L'invité de RTL du 05 décembre 2019 transports
Grève du 5 décembre : Hidalgo empêche-t-elle les cars Macron de faire plusieurs arrêts dans Paris ?

Antonio Duarte, l'allié de l'ancien porte-parole du gouvernement et candidat LaREM Benjamin Griveaux, a calculé que ce trajet représentait "100 tonnes de kérosène, soit l'équivalent de 12 millions de kilomètres en voiture diesel Crit'Air 5".

Dénonçant une "boule puante" lancée par la majorité, le premier adjoint à la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire, a regretté sur LCI le "procès d'Anne Hidalgo surtout venant" de membres de LaREM alors que la maire "a voyagé avec une ministre du gouvernement dans le même avion". "C'est tout de même un tout petit peu baroque". Il a souligné "qu'aucun autre moyen de déplacement ne permettait d'aller faire cette étape" et qu'"Anne Hidalgo n'a jamais dit qu'on devait renoncer à l'avion". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Anne Hidalgo Paris Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants