1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alexandre Benalla : pourquoi le selfie révélé par Mediapart met à mal sa version
2 min de lecture

Alexandre Benalla : pourquoi le selfie révélé par Mediapart met à mal sa version

ÉCLAIRAGE - Une photo prise pendant l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle montre Alexandre Benalla en train de poser avec une arme. Selon "Mediapart", à cette époque, il ne disposait pas d'autorisation.

Alexandre Benalla, le 18 septembre 2018, devant la commission d'enquête sénatoriales
Alexandre Benalla, le 18 septembre 2018, devant la commission d'enquête sénatoriales
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Marie-Pierre Haddad & AFP

Un pistolet brandi sur un selfie. Mediapart a publié, lundi 24 septembre, une photo d'Alexandre Benalla brandissant un pistolet. L'ancien chargé de mission de l'Élysée y figure avec trois autres personnes, deux hommes et une femme (dont le visage a été flouté). 

Selon les informations du site d'investigation, ce cliché daterait du 28 avril 2017. Ce jour-là, Emmanuel Macron a tenu un meeting dans le cadre de l'entre-deux-tours de la campagne présidentielle à Châtellerault. Après, le candidat En Marche ! s'est rendu, avec son équipe, dans un restaurant de Poitiers

Cette photo d'Alexandre Benalla a donc été prise à une période où il n'était pas titulaire d'un permis de port d'arme en bonne et due forme. Lors de son audition devant la commission d'enquête du Sénat, ce proche du président de la République avait indiqué : "Si je partais de chez moi et me rendais sur un déplacement public, il a pu arriver que j'aie une arme sur moi".

Pas d'autorisation

Or, selon ses déclarations au Monde daté du 26 juillet, l'ancien collaborateur de l'Élysée, aujourd'hui mis en examen pour des violences lors du 1er-Mai, ne possédait alors pas de permis l'autorisant à porter une arme en dehors du quartier général d'En Marche !, à Paris

À lire aussi

Interrogé par Le Monde sur le fait de savoir s'il avait enfreint cette règle et s'il était sorti avec une arme en dehors du QG, Alexandre Benalla se montrait catégorique : "Non, jamais. On n'est pas mabouls, il y a un risque pour la réputation du candidat...", avait-il répondu.  

Une fois Emmanuel Macron élu, Alexandre Benalla n'obtiendra un permis de port d'arme que le 13 octobre 2017 dans le cadre de ses missions à l'Élysée, avait indiqué le 23 juillet le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale.  

Une enquête préliminaire ouverte

Ce permis lui a depuis été retiré après son licenciement et sa mise en examen le 22 juillet pour des violences sur un manifestant en marge du défilé du 1er-Mai place de la Contrescarpe à Paris. Interrogé lundi soir par l'AFP, son avocat Me Laurent-Franck Liénard a minimisé les révélations de Mediapart

Le parquet de Poitiers a décidé d'ouvrir "une enquête préliminaire", en fin de journée ce mardi 25 septembre. Elle a été confiée par le procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandaux, à la sûreté départementale. Le magistrat a estimé que les faits relatés par Mediapart étaient "susceptibles de recevoir une qualification pénale".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/