3 min de lecture Info

Alba Ventura : "Aux municipales, le FN signe une poussée, pas un triomphe"

CHRONIQUE - Marine Le Pen parle d'un "cru exceptionnel" pour qualifier la spectaculaire poussée du Front national au premier tour des municipales. Surtout, son parti peut empêcher la droite de l'emporter par KO le week-end prochain.

>
Aux municipales, le FN signe une poussée, pas un triomphe Crédit Image : AFP / Patrick Kovarik | Crédit Média : RTL | Date :
Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Le Front national a réalisé dimanche 23 mars son plus fort score historique à des municipales. On compte pour l'heure une municipalité FN : Hénin-Beaumont. Le parti de Marine Le Pen est en tête dans six autres villes. Une surprise ? Pas franchement.

Hénin-Beaumont, laboratoire du FN

Quand on a suivi sérieusement le parcours du FN depuis plusieurs mois maintenant, ce n'est pas étonnant qu'il se retrouve avec des scores aussi élevés. Hénin-Beaumont, c'est le laboratoire du Front national. Depuis quelques années, Marine Le Pen et Steeve Briois labourent chaque parcelle. Il n'y a pas un centimètre carré qui leur ont échappé dans ce territoire. Il n'est donc pas étonnant que le FN l'emporte au premier tour.

Il faut se souvenir des élections partielles. Et notamment le rappel à l'ordre de la cantonale partielle de Brignoles, en octobre dernier. Le FN l'avait emporté haut la main, avec près de 54% des voix. C'était la première fois qu'on avait la preuve que le Front national pouvait ravir une élection.

À lire aussi
Un bureau de vote près de Toulouse (illustration) info
Les élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars 2020

Chaque fois, le FN a progressé. Il fait même une percée dans l'ouest de la France, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. À Lorient, il triple son score, et il est présent au second tour à Saint-Brieuc. À Lille, la ville de Martine Aubry, le FN passe de 5,6% en 2008 à 17% aujourd'hui.

L'actualité a fait le reste : une courbe du chômage toujours pas inversée, un pouvoir d'achat en berne, des affaires en tout genre. Sans oublier ce sentiment d'abandon, très présent chez les Français. C'est le cocktail qui permet désormais au FN de s'implanter localement.

Première manche réussie pour Marine Le Pen

On ne peut toutefois parler de triomphe. D'abord pour une raison simple : le FN n'est pas présent partout. On ne peut donc pas parler de raz-de-marée. En revanche, là où il s'est présenté, on peut dire qu'il a fait des percées spectaculaires.

C'est le cas à Marseille, où le FN arrive en deuxième position, devant le candidat socialiste Patrick Menucci. Il vire aussi en tête à Perpignan, Béziers, Avignon, Fréjus, Forbach ou encore Tarascon. Ce ne sont pas que des petites villes.

Marine Le Pen a réussi la première manche de son pari. Franchement, on entendait dire que l'abstention était de nature à pénaliser le FN et que le scrutin municipal n'était pas sa tasse de thé. Elle a fait mentir tous ces préjugés. Surtout, le FN est en mesure de gêner la droite au second tour.

Pas de "vague bleue" pour la droite

Cela peut atténuer la fameuse "vague bleue". Cela peut même gâcher la fête des ténors de l'UMP, très clairement. C'est la raison pour laquelle on n'a pas entendu le patron de l'UMP, Jean-François Copé, pousser la chansonnette dimanche soir. Si l'on regarde les chiffres bruts, c'est l'UMP qui est en tête et qui progresse par rapport à 2008.

Il y a plus d'une centaine de triangulaires qui se profilent. La droite sait qu'elle peut trébucher. Le FN peut priver l'UMP d'une partie de ses victoires. Sans compter qu'on ne sait pas comment sur le terrain l'UMP va se comporter avec le FN : y aura-t-il des alliances ? "Ni désistement, ni alliance" : c'était le mot d'ordre dimanche de François Fillon. Sera-t-il respecté ?

En 1995, les triangulaires ont permis au FN d'emporter des villes comme Toulon, Marignane et Orange. Mais les triangulaires peuvent aussi avoir un effet pervers. Toujours en 1995, elles avaient donné trente victoires à la gauche. Voilà pourquoi l'UMP ne peut se réjouir. Non seulement il n'y a pas de "vague bleue", mais le FN pourrait être une digue pour le PS.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Politique Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770700121
Alba Ventura : "Aux municipales, le FN signe une poussée, pas un triomphe"
Alba Ventura : "Aux municipales, le FN signe une poussée, pas un triomphe"
CHRONIQUE - Marine Le Pen parle d'un "cru exceptionnel" pour qualifier la spectaculaire poussée du Front national au premier tour des municipales. Surtout, son parti peut empêcher la droite de l'emporter par KO le week-end prochain.
https://www.rtl.fr/actu/politique/alba-ventura-aux-municipales-le-fn-signe-une-poussee-pas-un-triomphe-7770700121
2014-03-24 10:35:54
https://cdn-media.rtl.fr/cache/p7SgEgjDSB1wtG5TqUUQGA/330v220-2/online/image/2014/0319/7770566561_jean-marc-ayrault-pourrait-se-succeder-a-lui-meme-a-matignon.jpg