1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire McKinsey : le Parquet national financier enquête sur les campagnes présidentielles de Macron
2 min de lecture

Affaire McKinsey : le Parquet national financier enquête sur les campagnes présidentielles de Macron

Le Parquet national financier (PNF) a ouvert deux informations judiciaires pour établir le rôle des cabinets de conseil, notamment pour les élections présidentielles de 2017 et de 2022.

Le logo du cabinet de conseil McKinsey (Illustration)
Le logo du cabinet de conseil McKinsey (Illustration)
Crédit : DYCJ / IMAGINECHINA / IMAGINECHINA VIA AFP
Jeanne Le Borgne & AFP

Révélé par le Sénat durant la dernière campagne présidentielle, l'affaire dite "McKinsey", du nom d'un cabinet de conseil américain, avait fait grand bruit. Le parquet national financier (PNF) annonce, ce 24 novembre 2022, avoir ouvert deux informations judiciaires, fin octobre, sur le sujet. 

L'une porte "sur les conditions d'intervention de cabinets de conseils dans les campagnes électorales de 2017 et 2022", l'autre sur des soupçons de "favoritisme" les concernant, a indiqué le procureur de la République financier, Jean-François Bohnert, dans un communiqué.

Le PNF rappelle par ailleurs qu'une enquête préliminaire visant le groupe McKinsey a été ouverte, le 31 mars 2021, "du chef de blanchiment aggravé de fraude fiscale". Celle-ci a donné lieu à une perquisition au siège français de McKinsey le 24 mai.

"Il appartient à la justice de conduire ces investigations en toute indépendance", a sobrement commenté l'Elysée jeudi soir, après avoir "pris connaissance de la communication" du PNF.

Une affaire mise au jour en mars

À lire aussi

Publié le 16 mars dernier, le rapport de la commission d'enquête du Sénat sur l'influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques, initié par le petit groupe CRCE à majorité communiste, assurait que les contrats passés entre l'État et plusieurs cabinets avaient "plus que doublé" entre 2018 et 2021, pour un montant record de plus de 1 milliard d'euros en 2021. L'opposition avait réclamé dans la foulée l'ouverture d'une enquête sur ce qu'elle a dénoncé comme le favoritisme dont la majorité macroniste ferait preuve au profit de McKinsey.

Selon Mediapart, certains membres du cabinet auraient pu œuvrer gratuitement pendant la campagne présidentielle victorieuse d'Emmanuel Macron en 2017. Le rapport sénatorial pointait aussi un possible montage fiscal des entités françaises de McKinsey, qui leur aurait permis de ne verser aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020. Alors candidat, Emmanuel Macron avait estimé que le non-paiement de l'impôt sur les sociétés par McKinsey s'expliquait par les règles fiscales en vigueur. "S'il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal", avait-il lancé en mars dernier.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire