1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Accord de gouvernement : qui sont les plus "Macron-compatibles" à droite ?
2 min de lecture

Accord de gouvernement : qui sont les plus "Macron-compatibles" à droite ?

La première ministre Élisabeth Borne consulte les groupes d'opposition pour essayer d'arracher un accord, avant de proposer un nouveau gouvernement à Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron, le 16 mars 2022
Emmanuel Macron, le 16 mars 2022
Crédit : IAN LANGSDON / POOL / AFP
Accord de gouvernement : qui sont les plus "Macron-compatibles" à droite ?
00:03:07
Un air de campagne du 28 juin 2022
00:03:07
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont

Tous les partisans d'une coalition ne sont pas volontaires. Prenez Jean-François Copé : il défend un accord, et en même temps, il dit ne pas vouloir devenir ministre. Mais Emmanuel Macron a bien repéré que chez LR, il y en a d'autres qui poussent à travailler avec lui : Christelle Morançais, présidente des Pays-de-la-Loire, Jean Rottner, président du Grand Est... 

Ils soutiennent une tribune en ce sens avec Christian Estrosi dans Le Figaro. Tribune signée par une soixantaine de maires, dont quelques-uns encore LR : le sarkozyste Franck Louvrier, maire de La Baule, le maire de Limoges, la maire de Mulhouse... et hors de cette tribune il y a aussi Gilles Avérous de Châteauroux, ou Grégoire de Lasteyrie de Palaiseau en Essonne.

Ça fait beaucoup de ministres potentiels. Mais ça ne résout pas les problèmes de majorité à l'Assemblée. Car les élus pro-accord ne sont pas députés, ne tiennent pas les parlementaires... et si leur débauchage n'est pas assorti d'un accord du parti, ça ne permet pas d'atteindre les 289 sièges.

Une députée l'a mauvaise contre ces macron-compatibles : "Ils n'avaient qu'à être députés, ils n'ont pas mené le combat donc qu'ils laissent tranquilles ceux qui se sont fait élire dans l'opposition". 

À lire aussi

Un conseiller de l'exécutif dédramatise : "Des élus locaux ça ne fait pas forcément des voix à l'Assemblée mais ça fait pression sur les députés dans leurs territoires". Résumé d'un converti au macronisme : "Le président veut des ministres qui parlent le langage de la droite pour négocier avec LR à l'assemblée et au sénat sur tous les textes". 

Des anciens et des femmes

Catherine Vautrin, un temps pressentie pour Matignon, n'a plus sa carte LR mais pourrait faire son entrée. "Tout dépendra de quel poste elle veut", glisse un marcheur. L'ex-LR Fabienne Keller, aujourd'hui députée européenne, a aussi le profil. Car il va falloir des femmes. 

Trois ministres battues aux législatives à remplacer ainsi que Yaël Braun-Pivet qui s'envole pour le perchoir. Être une femme sera aussi un avantage à gauche. La majorité regarde du côté des vice-présidentes de Carole Delga en Occitanie ou des adjointes de Michael Delafosse à Montpellier, deux socialistes pas fans de la Nupes. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/