2 min de lecture Politique

2019, année compliquée pour Jean-Luc Mélenchon

ÉDITO - Le leader de La France insoumise a connu une année difficile sur le plan politique, avec en point d'orgue des résultats décevants aux élections européennes.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
2019, année compliquée pour Jean-Luc Mélenchon Crédit Image : Zakaria ABDELKAFI / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Noé Blouin

2019, l'année où Jean-Luc Mélenchon s'est ensablé. Deux ans et demi après sa troisième place à l'élection présidentielle, le chef de file de La France insoumise n'a pas réussi à profiter de la crise des gilets jaunes pour se refaire une santé. Au contraire, il a enchaîné les polémiques, il est même désormais contesté en interne.

L'année 2019 de Jean-Luc Mélenchon a commencé par un soutien sans condition à la révolte des gilets jaunes. L'ancien candidat à l'Élysée croit voir en ce mouvement la révolution qu'il appelle de ses vœux. Il surf sur cette mobilisation populaire et a bon espoir de renverser ce qu'il nomme "la monarchie présidentielle", allant même jusqu’à faire l'éloge d'Éric Drouet, figure controversée des gilets jaunes. 

Résultat, il sème le trouble même chez ses alliés potentiels comme Benoît Hamon. Un nouveau malaise qui tombe mal, à une heure où les leaders de gauche se regardent en chiens de faïence, en pleine constitution des listes pour les élections européennes.

En interne aussi les problèmes s'accumulent, certaines personnalités ont même décidé de quitter La France insoumise. On reproche à Jean-Luc Mélenchon son fonctionnement autocratique et sa stratégie politique. Les uns le jugent trop "gauchiste", les autres trop "populiste", lorsqu'il durcit par exemple son discours sur l'immigration. 

À lire aussi
Agnès Buzyn, le 16 février 2020 élections municipales à Paris
Les infos de 18h - Municipales à Paris : Buzyn "sera une exceptionnelle maire", dit Philippe

Et toutes ces confusions vont lui coûter cher, le 26 mai 2019, jour d'élections européennes Jean-Luc Mélenchon fait grise mine, LFI n'a recueilli qu'un million 400.000 voix, soit 5,6 % de moins qu'au premier tour de la présidentielle.

Une fin d'année ratée

Alors comme souvent après une défaite, le leader de La France insoumise s'échappe quelques semaines pour faire le point. En voyage, au Brésil, il rend visite à l'ancien président Lula en prison. Il n'hésite d'ailleurs pas à se comparer à lui, évoquant son procès "politique" pour "rébellion et provocation" qui doit se tenir à Paris.

Ce dernier fait suite à la perquisition houleuse du siège de LFI en 2018. Pour conjurer le sort, il en fait des tonnes, encore une fois. "Vous pouvez me mettre en prison, vous pouvez me rendre inéligible, je n'ai pas peur", déclare-t-il à ce propos. Il sera finalement condamné à 3 mois de prison avec sursis et 8.000 euros d'amende.
En fin d'année, la mobilisation contre la réforme des retraites apporte une bouffée d'oxygène à La France insoumise. Jean-Luc Mélenchon, qui est de tous les cortèges, semble y voir une nouvelle opportunité. Mais bien vite, ses propos sur Marine Le Pen embarrassent son propre camp. À croire que l'année devait se terminer comme elle a commencé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Jean-Luc Mélenchon La France insoumise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants