1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Yannick Agnel accusé de viol : 4 questions pour comprendre l'affaire
3 min de lecture

Yannick Agnel accusé de viol : 4 questions pour comprendre l'affaire

L'affaire Yannick Agnel pose de très nombreuses questions. RTL revient en détails sur les enjeux de l'enquête.

Yannick Agnel en 2016
Yannick Agnel en 2016
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
L'onde de choc de l'affaire Yannick Agnel
04:05
L'onde de choc de l'affaire Yannick Agnel
04:05
Thomas Prouteau - édité par William Vuillez

Depuis quelques jours, c'est une onde de choc qui s'est abattue sur la natation française et le sport français en général : l'affaire Yannick Agnel. Le champion olympique est poursuivi pour plusieurs viols et agressions sexuelles sur la fille de son ancien entraîneur lorsqu'elle n'avait que 13 ans alors que lui en avait 10 de plus. 

Mis en examen ce samedi 11 décembre, l'ancien nageur star aujourd'hui âgé de 29 ans, a avoué sa relation avec la jeune mineure, reconnaissant "la matérialité des faits", mais il réfute toute contrainte, c'est ce que la procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot a indiqué ce lundi dans une conférence de presse. 

Cette affaire pose de très nombreuses questions, notamment sur la notion de consentement et la nature de leur relation. RTL revient en détails sur les enjeux de l'enquête. 

Qu'est ce qui est désormais établi ?

Yannick Agnel reconnait en effet avoir eu une relation amoureuse avec la très jeune fille, en 2016, lorsqu'il s'entraînait au Mulhouse Olympique Club. Naome Horter, fille de son prestigieux entraîneur Lionel Horter, était alors âgée 13 ans. En garde à vue, le nageur a avoué des caresses, des attouchements et cela à plusieurs reprises. En revanche, Yannick Agnel conteste les pénétrations dénoncées par la plaignante, un point que la procureure de Mulhouse a confirmé à RTL lundi soir.

À écouter aussi

Il assure également n'avoir jamais eu le sentiment d'exercer une "contrainte". Autrement dit, selon Yannick Agnel, la mineure bien qu'âgée de 13 ans, était consentante. Au-delà de toute appréciation morale, c'est désormais le point central de l'enquête.

Pourquoi cette notion de contrainte est-elle cruciale ?

Dans cette affaire, c'est l'ancien texte qui s'applique. Depuis 2021, toute relation entre un adulte et un mineur de moins de quinze ans est considérée comme un viol. Il n'y a plus de discussion possible sur le consentement de l'enfant, la contrainte morale issue de la différence d'âge est automatique. Mais la loi n'est pas rétroactive. Pour les faits qui ont eu lieu avant 2021, et donc pour Yannick Agnel, c'est la loi précédente qui prévaut. Une loi qui laissait une marge d'appréciation au juge, minime certes, mais réelle sur le consentement.

En 2017, le tribunal de Pontoise a d'ailleurs rendu une décision spectaculaire : une relation sexuelle entre un homme et une fillette de onze n'a pas été considérée comme un viol. C'est d'ailleurs ce qui a provoqué le changement de loi.

Qu'est-ce que ça change ?

La défense du nageur va pouvoir discuter la contrainte morale exercée sur la plaignante Naome Horter, et demander des preuves de son absence de consentement alors qu'elle n'avait que treize ans. On peut trouver cela difficile à entendre mais c'est bien le cadre de la suite de l'enquête judiciaire. On rappelle tout de même qu'au vu des textes, Yanick Agnel s'est rendu coupable a minima d'atteinte sexuelle sur mineure. C'est-à-dire que le simple fait d'avoir eu cette relation relève d'une infraction punie de cinq ans de prison contre 20 ans pour le viol.

Pourquoi a-t-elle décidé de briser le silence ?

Depuis la révélation de l'affaire, Naome Horter qui a aujourd'hui 19 ans, ne s'est pas exprimée, ni ses parents ni ses avocats... Mais la procureure de Mulhouse a évoqué un épisode dépressif récent qui aurait fait remonter les souvenirs à la surface. Autre point important souligné par la magistrate : la plainte de la jeune fille déposée cet été est particulièrement précise et circonstanciée.

On le rappelle, les faits dénoncés s'étalent sur plus d'un an, dont certains au domicile de la plaignante, c'est ce qu'elle affirme. À cette époque son père Lionel Horter héberge régulièrement Yannick Agnel. L'entraîneur star du Mulhouse Olympic Club prépare alors l'athlète pour les JO de RIO. Il prend le nageur sous son aile. On ne sait pas si la relation avait été soupçonnée par la famille Horter à l'époque.

Finalement Yannick Agnel ne décroche pas de médaille aux Jeux, met un terme à sa carrière et se sépare de son entraîneur. Quelques mois plus tard, un différend financier survient, Agnel réclame 60.000 euros à Horter, contentieux toujours en cours devant la justice mais sans lien selon les enquêteurs avec les accusations de viol.

Le monde de la natation tricolore pétrifié

Il n'y a quasiment eu aucune prise de parole depuis la révélation de l'affaire. Florent Manaudou s'est dit "sous le choc" lundi devant plusieurs médias dont RTL mais il refuse de commenter davantage. À Montpellier ce week-end, toute la natation française était rassemblée à l'occasion des championnats de France, dont Lionel Horter, toujours entraîneur du Mulhouse Olympic Club. Silence radio général face aux médias. Seule la Fédération française de natation s'est exprimée dans un communiqué. Elle "déplore" l'affaire et déclare se constituer partie civile.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/