1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Val-de-Marne : six mineurs en garde à vue pour usage de mortiers sur des policiers
2 min de lecture

Val-de-Marne : six mineurs en garde à vue pour usage de mortiers sur des policiers

Dimanche dernier, trois policiers étaient victimes de tirs de mortiers à Bonneuil-sur-Marne, l'un d'entre eux a fini brûlé au second degré au bas du dos. Six suspects ont été interpellés et menés en garde à vue.

Un commissariat de police (Illustration).
Un commissariat de police (Illustration).
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Nicolas Barreiro & AFP

"Une véritable tentative d'assassinat". Six adolescents, âgés entre 14 et 16 ans, se trouvent en garde à vue ce mardi 27 juillet. Ils sont soupçonnés d'avoir participé la prise à partie violente dimanche à Bonneuil-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, de policiers, au cours de laquelle un fonctionnaire a été brûlé au bas du dos, a indiqué le parquet de Créteil.

"On a frôlé le drame à Bonneuil", assurait le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, venu apporter son soutien aux policiers du commissariat de Créteil. Il a dénoncé une "véritable tentative d'assassinat". Le 25 juillet, trois policiers de la BAC de Créteil ont été victimes de tirs de mortiers d'artifice. L'un d'entre eux a été brûlé au bas du dos par un mortier d'artifice, qui a atterri à l'intérieur du véhicule des policiers.

Le parquet a précisé à l'AFP que le pronostic vital du policier n'était pas engagé. Selon une source proche du dossier, le policier trentenaire, brûlé au second degré, s'est vu délivrer 15 jours d'ITT.

Les suspects interpellés, originaires du Val-de-Marne et "dont certains sont connus des services" de police, sont en garde à vue dans le cadre d'une enquête confiée à la Sûreté départementale pour "tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique, complicité de cette tentative, violences aggravées, menaces de mort et enregistrement et diffusion d'images violentes", a détaillé le parquet.

À lire aussi

"On est en train de vérifier leur participation" aux violences, a expliqué le parquet, sans toutefois préciser si l'auteur des faits pouvait appartenir à ce groupe de six mineurs. Les enquêteurs réalisent actuellement "d'autres recherches pour faire d'autres identifications éventuelles", a ajouté le parquet.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/