3 min de lecture Justice

Une application de prière musulmane soupçonnée d’avoir renseigné l’armée américaine

INFO RTL - Une dizaine d’utilisateurs français Muslim Pro s’apprêtent à déposer plainte contre X après des révélations selon lesquelles l'application pourrait avoir vendu des données de géolocalisation à un fournisseur de l’armée américaine.

Un utilisateur consulte une application sur son smartphone (illustration)
Un utilisateur consulte une application sur son smartphone (illustration) Crédit : Flickr
Thomas Prouteau édité par Quentin Marchal

Muslim Pro, utilisée par 95 millions de musulmans dans le monde, est soupçonnée d’avoir vendu des données de géolocalisation à un fournisseur de l’armée américaine, notamment dans le domaine du renseignement.

Cette révélation a jeté le trouble dans la communauté des utilisateurs de la plateforme parmi lesquels de nombreux musulmans français. L’application ayant été créée au départ par un entrepreneur breton installé à Singapour avant d’être revendue à une banque malaisienne associée à un fonds d’investissement singapourien.

Selon nos informations, une dizaine d’utilisateurs français s’apprêtent à déposer plainte contre X, pour "abus de confiance, atteinte aux droits de la personne, mise en danger d’autrui et complicité d’assassinat". Cette dernière incrimination fait référence aux dizaines d’exécutions extra-judiciaires menées par l’armée américaine.

Dans son enquête publiée le lundi 16 novembre, où il révèle que l'application aurait revendu des données privées de géolocalisation de ses utilisateurs, Vice ne cite aucune opération précise où les données de géolocalisation fournies par Muslim Pro auraient été utilisées.

À lire aussi
L'entrepôt de La Redoute à Wattrelos. justice
Nord : trois hommes condamnés pour extorsion et torture de l'héritière de La Redoute

Mais la plainte que RTL a pu consulter et déposée par les avocats Xavier Nogueras, William Bourdon et Vincent Brengarth vise à établir "si des données ont été transmises et l’utilisation qui en a pu être faite. Rien ne permet d’exclure, (…), que des données n’auraient pas été utilisées pour favoriser des exécutions extrajudiciaires" précise-t-elle.

Une enquête en interne chez Muslim Pro

Immédiatement après la publication de l’enquête de Vice, l’application Muslim Pro a mis fin à son contrat avec X – Mode social, l’entreprise américaine spécialisée dans la collecte de données de géolocalisation, qui compte parmi ses clients des sous-traitants de l’armée américaine

Dans un e-mail envoyé à Vice, Muslim Pro défend son attachement indéfectible au respect de la vie privée de ses utilisateurs et annonce une enquête en interne afin de s’assurer qu’aucune mauvaise utilisation n'a pu être faite. 

Mais l’un des points-clés de la plainte déposée à Paris, qui s’appuie sur l’enquête de Vice, est que l'application n’aurait pas informé ses utilisateurs de la vente de leurs données à X – Mode social, et donc de leur possible transfert à des unités de l’armée américaine chargées du contre-terrorisme et des opérations spéciales, ce qui est pourtant une obligation légale.

Muslim pro affirme que cela ne faisait que quatre semaines que le contrat avait été passé avec X – Mode social. De son côté, l'entreprise affirme qu’elle ne transmet que des données anonymisées et uniquement de citoyens américains, ce qui semble rendre infime l’hypothèse de l’aide à la géolocalisation de cibles en Afrique ou Proche-Orient. 

Des faits "d’une gravité certaine"

Cette affaire est symbolique de l’utilisation hors de contrôle des données privées et des contrats en cascade qui s’y rattachent. Dans son enquête, Vice démontre également comment une autre société américaine, Locate X, revend directement des données de géolocalisation à l’USSOCOM, service du département américain de la défense. Ce dernier a pour mission de fournir des renseignements en vue de la réalisation d’opérations des forces spéciales à l’étranger.

Mes Xavier Nogueras, William Bourdon et Vincent Brengarth demandent donc l’ouverture d’une enquête sur des faits "d’une gravité certaine" qui selon eux , "s’ils sont établis,  apparaissent clairement être un cas d’école de l’instrumentalisation pouvant être faite de données personnelles des utilisateurs". D’après les données recensées par Vice, Muslim Pro a été téléchargée 98 millions de fois depuis son lancement en 2010, toutes plateformes confondues.

Muslim Pro dément et lance une enquête interne

À la suite de notre article, Muslim Pro a tenu à réagir. L'application indique "travailler actuellement avec les parties prenantes et les autorités concernées pour établir de manière transparente les faits entourant ces allégations qui jettent une lumière négative imméritée sur nous et notre communauté". Elle affirme par ailleurs n'avoir "jamais fourni à un tiers des données non anonymes.

Mais dans le but de "dissiper davantage tous les doutes et aller au fond du problème, Muslim Pro annonce aujourd'hui le lancement officiel d'une enquête complète sur les parties concernées, avec le soutien de nos avocats, pour obtenir des réponses appropriées aux questions de Muslim Pro et de nos utilisateurs".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Application Plainte
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants