1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tirs sur le Pont-Neuf : "L'intention de tuer est caractérisée", martèle sur RTL l'avocat de la famille des victimes
2 min de lecture

Tirs sur le Pont-Neuf : "L'intention de tuer est caractérisée", martèle sur RTL l'avocat de la famille des victimes

Deux hommes, à bord d'une voiture, ont été tués lors d'un contrôle par un policier le 25 avril dernier à Paris. Pour la première fois, Eddy Arneton, l’avocat de la famille des victimes, s’exprime. Il regrette "une forme de clémence pour les fonctionnaires de police".

L'écusson de la Police nationale
L'écusson de la Police nationale
Crédit : AFP
Tirs mortels sur le Pont-Neuf : "L'intention de tuer est caractérisée", martèle sur RTL l'avocat de la famille des victimes
00:09:36
Tirs mortels sur le Pont-Neuf : "L'intention de tuer est caractérisée", martèle sur RTL l'avocat de
00:09:36
Guillaume Chieze - édité par Sandra Cazenave

Le 25 avril au soir, cinq policiers qui patrouillaient sur l'île de la Cité, au cœur de Paris, se sont intéressés à une voiture garée à contresens de la circulation. Ils soupçonnaient ses occupants de se livrer à une transaction de stupéfiants. Selon un rapport de police que RTL a consulté - une version en partie contestée par l'avocat des familles des victimes -, quand la cheffe d'équipage a ouvert la portière, la voiture a démarré précipitamment vers la patrouille.

Un policier de 24 ans a alors ouvert le feu avec un fusil d'assaut, tirant une dizaine de cartouches. Il a atteint mortellement le conducteur et son passager, Boubacar et Fadjigui. Des impacts de balles ont été relevés à l'avant, mais aussi, selon les premières constatations, sur d'autres parties du véhicule.

Le policer a été mis en examen pour homicide volontaire, un crime passible de 30 ans de réclusion criminelle. Le juge d'instruction a estimé, avec les premiers éléments en sa possession, qu'il y avait des indices laissant penser que les tirs n'étaient ni nécessaires, ni proportionnés. "Ce sont des faits constants qui ont abouti à une mise en examen pour meurtre justifiée à mon sens (...) car l'intention de tuer est caractérisée", estime sur RTL Eddy Arneton, l’avocat de la famille des victimes "qui reste très dignes", mercredi 18 mai. "Le juge d'instruction a fait montre de courage."

La clémence envers les fonctionnaires dénoncée

Pour autant, il regrette que "le policier ne soit pas placé en détention provisoire", rappelant le fait que la légitime défense n'a pas été retenue à ce stade. En effet, le policier qui a ouvert le feu est aujourd'hui libre, mais soumis à un contrôle judiciaire strict - une décision qui a fait immédiatement réagir une partie des policiers. Alliance a notamment appelé à défendre le gardien de la paix qui réclame la présomption de légitime défense. "Personnellement je considère que c'est malvenu, presque un permis de tuer pour les fonctionnaires de police", réagit Me Arneton. 

À lire aussi

Pour l'avocat, il existe "une forme de clémence envers les fonctionnaires de police". "Dans un autre dossier, une personne qui aurait tiré 10 fois sur une autre personne serait placée en détention provisoire", juge l'avocat des familles qui veut en savoir plus sur la formation du policier en question : "Des questions se posent."

Des arguments qu'a rejeté il y a plusieurs semaines Laurent-Franck Liénard, avocat du policier. Pour lui, "la qualification retenue est peut-être politique mais elle n'est pas pertinente". L'avocat estime que la qualification retenue devrait être "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/