2 min de lecture Justice

Procès Fillon : "J'ai toujours travaillé en retrait, en observation", dit Penelope Fillon

Peneope Fillon a eu du mal à justifier ses fonctions de collaboratrice parlementaire auprès de son époux, lors de l'audience du couple devant le tribunal correctionnel de Paris, le 27 février.

François et Pénélope Fillon comparaissaient le 27 février devant le tribunal correctionnel de Paris.
François et Pénélope Fillon comparaissaient le 27 février devant le tribunal correctionnel de Paris. Crédit : Stéphane de Sakutin
benoit
Benoît Collet et AFP

"C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de preuves concrètes de ce que je faisais", a concédé Penelope Fillon, à la barre du tribunal correctionnel de Paris. Entendue dans le cadre de l'affaire de l'emploi fictif présumé à l'Assemblée nationale, elle a peiné à justifier de la réalité de ses fonctions de collaboratrice parlementaire auprès de son mari, alors député de la Sarthe.

Le parquet national financier (PNF) venait de lui rappeler les rares traces écrites de son travail. "J'ai toujours travaillé en retrait, en observation", a tenté de se justifier Penelope Fillon, 64 ans, serre-tête noir dans ses cheveux argent. 

Pour la défense, elle a réellement exercé auprès de lui le travail d'assistante parlementaire. Pour l'accusation, ils ont détourné plus de 400.000 euros d'argent public entre 1998 et 2002 puis en 2012 et 2013.

"Mon mari", "mon mari", "mon mari"

Voix posée, léger accent britannique, Penelope Fillon s'évertue à expliquer qu'elle travaillait bien, tout en ne s'intéressant ni à ses salaires, ni à ses contrats. Elle raconte avoir joué "dès le début" le rôle de "relais" entre son époux et "les habitants". Tous deux affirment qu'elle s'occupait du courrier arrivé au manoir de Beaucé - "des dizaines et des dizaines" de lettres hebdomadaires selon François Fillon, "35-40" d'après son épouse - mais aussi de l'agenda local, de "petites revues de presse", de relire ses discours et d'effectuer des "remontées de terrain".

À lire aussi
Un plan de cannabis (illustration) faits divers
Corse : des plants de cannabis retrouvés dans les jardins de la Collectivité

Pour ses premiers pas dans la Sarthe, après l'élection de François Fillon à l'Assemblée nationale en 1981, cette Galloise diplômée de lettres est rémunérée par son mari pour des études ponctuelles aux intitulés nébuleux : "L'aménagement du bocage sabolien", "Études générales", "Organisation du secrétariat"... Qui décidait des thèmes ? "C'est mon mari". De l'argent ? "Mon mari". D'un passage temporaire à mi-temps ? "Mon mari" aussi.

François Fillon irrité

Vous êtes une travailleuse passive, c'est assez surprenant comme concept !", raille l'un des deux procureurs, Aurélien Létocart. Les rapports quant à eux n'ont pas été retrouvés. Les contrats de travail correspondants, si. "Pourquoi ?", demande la présidente, Nathalie Gavarino. "Les rapports, je les ai donnés à mon mari", assure Penelope Fillon.

Pour le reste, à chaque question portant sur l'organisation du travail de ses assistants François Fillon, parfois hautain, souvent irrité, a invoqué la "séparation des pouvoirs". "Je n'ai de comptes à rendre à personne", affirme-t-il crânement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice François Fillon Procès emplois fictifs
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants