1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire Fillon : "L'enquête laisse à désirer", estime Olivier Mazerolle
2 min de lecture

Affaire Fillon : "L'enquête laisse à désirer", estime Olivier Mazerolle

Le renvoi en correctionnelle de François et Penelope Fillon, dans l'affaire des emplois présumés fictifs de l'épouse de l'ancien Premier-ministre, fait débat. Pour Olivier Mazerolle la célérité du début de l'enquête contraste avec le "coup de frein" de deux ans, difficilement explicable.

François Fillon et son épouse Penelope en mars 2017
François Fillon et son épouse Penelope en mars 2017
Crédit : Patrick KOVARIK / POOL / AFP
Affaire Fillon : "le déroulement et la méthode" de l'enquête laissent à désirer, estime Mazerolle
00:03:37
Affaire Fillon : "le déroulement et la méthode" de l'enquête laissent à désirer, estime Mazerolle
00:03:38
- édité par Joanna Wadel

François Fillon et son épouse Penelope sont renvoyés en correctionnelle. Une décision justifiée, basée sur des fortes présomptions à l'encontre du couple. Il est normal, légitime et heureux, que les juges d'instruction demandent aux tribunaux de se prononcer. Il est d’ailleurs à noter que dans leurs conclusions, les magistrats instructeurs s'en tiennent au droit. 

En ce qui concerne, par exemple, les activités de François Fillon à la tête de sa société de conseil, ce qui l'a amené à être à la fois député fabriquant de la loi, et défenseur d'intérêts particuliers, les juges mentionnent que quoi que l'on puisse penser du mélange des genres, ils n'ont rien trouvé qui puisse relever d'un trafic d'influence, par conséquent ils ne le renvoient pas en correctionnelle pour ce motif. 

Mais si, sur le fond, cette procédure n'est en rien critiquable, concernant l'enquête en revanche, son déroulement et sa méthode laissent à désirer. 

Une enquête en deux temps

Lorsque Le Canard enchaîné a sorti l'affaire, le 25 janvier 2017, le parquet national financier fait preuve d'une grande célérité en ouvrant une enquête préliminaire, et un mois plus tard une instruction judiciaire. François Fillon est mis en examen le 15 mars, soit 48 heures avant la publication de la liste officielle des candidats à la présidentielle par le conseil constitutionnel. Ensuite, coup de frein : il faudra attendre plus de deux ans avant le renvoi en correctionnel. 

À écouter aussi

L'argument du délai nécessaire pour constituer un dossier sérieux ne tient pas. Dès les premiers jours, Penelope Fillon avait affirmé qu'elle avait travaillé exclusivement dans sa circonscription de la Sarthe, la réalité de son activité était donc simple à vérifier. Quant à l'autre supposé travail de l'épouse du candidat à la Revue Des Deux Mondes, son patron a très vite reconnu qu'il s'agissait d'un salaire de "pure complaisance", ce qui lui a valu d'être condamné. 

Les magistrats devraient tout mettre en oeuvre pour aboutir rapidement, surtout lorsque l'enquête est aisée

Olivier Mazerolle

L'instruction s'est achevée le 8 octobre 2018, vingt mois après le début de l'enquête, ce qui est déjà long. C'est seulement trois mois plus tard, que le parquet demande le renvoi en correctionnel, et il faudra encore attendre trois mois de plus pour que les juges signent leur ordonnance. Force est de constater que le tempo échevelé du début de l'enquête n'a pas été maintenu. Ce qui va renforcer les convictions de certains que les juges avaient un intérêt politique à hâter la procédure pour "casser" la candidature de François Fillon, au détriment du reste. 

Mais que l'on soit partisan de la trêve électorale, ou de la transparence, pour éviter le reproche de s'être comporté en juges politiques, les magistrats devraient tout mettre en oeuvre pour aboutir rapidement, surtout lorsque l'enquête est aisée. S'il est normal que les électeurs soient informés, encore faudrait-il qu'ils prennent la procédure pour ce qu'elle est : une simple présomption, et non pas pour une condamnation. Le temps judiciaire et le temps démocratique ne sont pas souvent compatibles. Le bon équilibre entre les deux exigences n'a pas été trouvé, rien ne prouve d'ailleurs qu'il le sera un jour. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/