1 min de lecture Faits divers

Prison d'Alençon : le fils de l'homme tué par le détenu en 2012 témoigne sur RTL

TÉMOIGNAGE - Michaël Chiolo, le détenu qui a agressé deux surveillants à la prison d'Alençon le mardi 5 mars, avait tué un homme de 89 ans, en 2012. Sept ans après les faits, le fils du défunt n'est pas "surpris".

>
Claude Tarall, fils de Roger Tarall, assassiné par Michaël Chiolo Crédit Image : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP | Crédit Média : Nicolas Burnens/RTL | Durée : | Date :
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens édité par Quentin Marchal

L'affaire avait fait beaucoup parler à l'époque. En décembre 2015, Michaël Chiolo et son complice, avaient été condamnés par le tribunal de Nancy, à 30 ans de réclusion criminelle, pour avoir étouffé un homme de 89 ans, après l'avoir séquestré et "momifié" à son domicile, près de Metz en 2012. Le corps de la victime, Roger Tarall, avait été découvert le lendemain par la police.

Sept ans après les faits, le fils du défunt, n'est pas surpris par la tournure qu'a pris le meurtrier de son père : "Je l'ai dit au procès que j'étais inquiet de son comportement futur et d'ailleurs, je n'ai sans doute pas tord, confie Claude Tarall sur RTL. Je ne suis pas du tout surpris mais alors pas du tout."

Il ajoute avoir été marqué par les yeux de Michaël Chiolo : "En première instance, c'est quelqu'un qui avait l'air très secret, très renfermé mais en même temps qui avait montré une certaine agressivité par les regards qu'il jetait vers la famille. En deuxième instance, il était simplement plus barbu, ce qui donnait à son regard une intensité encore plus particulière".

Il souligne que le détenu évoquait déjà des propos menaçants en 2012 : "Il a simplement dit à un moment donné qu'il s'était converti à la religion musulmane en expliquant qu'il avait déjà commis d'autres actes en prison, en particulier de prosélytisme. Il avait tenu des propos menaçants et avait hurlé, en regardant les jurés 'J'aurai votre peau'".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Agression Prisonnier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants