2 min de lecture Faits divers

Attaque à la prison d'Alençon : ce que l'on sait du détenu radicalisé

ÉCLAIRAGE - Détenu de droit commun, l'homme âgé de 27 ans, qui purge une peine de 30 ans, est considéré comme "radicalisé en prison".

Une prison (illustration)
Une prison (illustration) Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Quelques heures après l'agression de deux surveillants de la prison d'Alençon par un détenu, aux alentours de 9h45 ce mardi 5 mars, les enquêteurs progressent sur le profil de l'agresseur. Toujours retranché avec son épouse dans l'unité de vie familiale de la maison d'arrêt, Michaël Chiolo, 27 ans, purge une peine de 30 ans et est considéré comme "radicalisé en prison", selon une source policière.

Cet homme, qui a dit "Allah Akbar" en agressant les surveillants, n'était pas détenu dans le quartier pour radicalisés ouvert dans cette prison en septembre 2018. "Je crois savoir que c'est un individu qui était fiché", a précisé la ministre de la Justice, Nicole Belloubet qui a ajouté que le couteau ayant servi à l'agression "aurait pu lui être apporté par sa femme".

Selon Me Pauline Brion, l'avocate du détenu, son client a rencontré sa compagne "en prison et ils projetaient de se marier". "Il avait écrit à quelqu'un après sa conversion pour qu'on lui trouve une épouse", a-elle indiqué.

Un lourd passé judiciare

Converti à l'Islam en 2010, le détenu purge une peine de réclusion criminelle pour arrestation, enlèvement, séquestration suivie de mort et vol avec arme, et d'un an d'emprisonnement pour apologie publique d'acte de terrorisme. Il est libérable en 2038. 

À lire aussi
Une voiture de police américaine (Illustration) États-Unis
Texas : un enfant de 5 ans abat son frère de 4 ans

Avec un complice, ils avaient été condamnés en décembre 2015 en appel à Nancy pour avoir étouffé un homme de 89 ans, après l'avoir séquestré et "momifié" à son domicile près de Metz en 2012. Originaires de la commune de Saint-Avold en Moselle, les deux hommes s'étaient rendus le 17 avril 2012 au domicile de Roger Tarall, 89 ans, à Montigny-lès-Metz, pour le cambrioler. Le corps de la victime, morte par asphyxie, avait été découvert le lendemain. 

En novembre 2015, alors qu'il était déjà incarcéré à Mulhouse dans l'attente de son jugement en appel, Michaël Chiolo avait été condamné à un an de prison ferme pour avoir demandé à ses codétenus de "rejouer" l'attaque du Bataclan dans la cour de la maison d'arrêt. "Après Paris, j'aurais continué en province", aurait dit le jeune homme à un codétenu, selon des propos rapportés par les surveillants de la maison d'arrêt. 

Son acte n'a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux et notamment Marine Le Pen qui a apporté son soutien aux deux surveillants agressés, dont les jours ne sont pas en danger : ""Soutien total aux surveillants pénitentiaires, qui subissent de plein fouet l'islamisme. La situation de nos prisons est suffisamment tendue pour que le gouvernement n'y ajoute pas le retour des djihadistes français!". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Agression Prisons
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797125589
Attaque à la prison d'Alençon : ce que l'on sait du détenu radicalisé
Attaque à la prison d'Alençon : ce que l'on sait du détenu radicalisé
ÉCLAIRAGE - Détenu de droit commun, l'homme âgé de 27 ans, qui purge une peine de 30 ans, est considéré comme "radicalisé en prison".
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/attaque-a-la-prison-d-alencon-ce-que-l-on-sait-sur-le-detenu-radicalise-7797125589
2019-03-05 18:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/N71BoYZ72hkk5KIJx5ImcQ/330v220-2/online/image/2019/0305/7797123301_la-prison-d-alencon-a-n-conde-sur-sarthe-dans-l-orne.jpg