1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Pédopornographie : comment les enquêteurs ont-ils interpellé les 61 suspects ?
1 min de lecture

Pédopornographie : comment les enquêteurs ont-ils interpellé les 61 suspects ?

Les enquêteurs français ont pu repérer des centaines de suspects, avant d'en interpeller 61, grâce à un logiciel américain.

Un homme portant des menottes (illustration)
Un homme portant des menottes (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Pédophilie : comment les enquêteurs ont-ils interpellé les 61 suspects ?
01:33
Thomas Prouteau - édité par Maeliss Innocenti

Une enquête de plusieurs mois a abouti à l'interpellation d'une soixantaine de personnes accusées de pédopornographie. Les hommes, âgés de 28 à 75 ans, sont soupçonnés d'avoir téléchargé et consulté des milliers de fichiers pornographiques mettant en scène des mineurs. Les interpellations ont eu lieu dans toute la France. Tous ont été confondus grâce à un logiciel américain.

Le logiciel est nommé CPS. Il permet de traquer les transferts de fichiers sur Internet. Pendant plusieurs mois, l'algorithme a épié et surveillé les téléchargements d'images pédopornographiques. Sur le territoire français, des centaines de suspects ont d'abord été repérés et passés ensuite au tamis par l'OCRVP, l'office central de répression des violences faites aux personnes, qui a finalement ciblé 61 suspects. Les plus gros téléchargeurs d'abord, puis les suspects aux contacts réguliers avec des mineurs et de jeunes adultes.

Parmi ces 61 suspects, on retrouve un éducateur sportif, un imam, ou encore un professeur d'université. Découvertes glaçantes dans l'ordinateur de certains suspects : lors des perquisitions, des vidéos de viols sur leur propre entourage. "Ce qui montre bien que télécharger des fichiers pédopornographiques n'est pas anodin puisque quatre individus se sont vus en plus reprocher des faits de viols soit dans le cercle familial soit, pour l'éducateur sportif, dans le milieu professionnel", a déclaré Éric Bérot, commissaire et patron de l'OCRVP.

Des juges sont désormais saisis des enquêtes un peu partout en France. Certains suspects affirment qu'on a piraté leur connexion Internet. Un autre s'est révélé stocker plus de 170 téraoctets de fichiers.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/