1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Pays basque : un centre de vaccination incendié
1 min de lecture

Pays basque : un centre de vaccination incendié

FAITS DIVERS - Le chapiteau accueillant le centre de vaccination contre le coronavirus de la commune d'Urrugne, dans les Pyrénées-Atlantiques, a été l'objet d'un incendie volontaire dans la nuit de ce dimanche 18 juillet. Une enquête a ouvert une enquête.

Le chapiteau accueillant le centre de vaccination d’Urrugne a été incendié dans la nuit du 17 au 18 juillet 2021.
Le chapiteau accueillant le centre de vaccination d’Urrugne a été incendié dans la nuit du 17 au 18 juillet 2021.
Crédit : Renaud Perez, Sud-Ouest
Romain Giraud & AFP

Alors que ce week-end du 17 et 18 juillet a été marquée par des manifestations de grandes ampleur partout en France contre notamment la vaccination obligatoire, le chapiteau accueillant le centre de vaccination contre le coronavirus de la commune d'Urrugne dans les Pyrénées-Atlantiques a été l'objet d'un incendie volontaire dans la nuit de ce dimanche 18 juillet, a annoncé dimanche le procureur de Bayonne, qui a ouvert une enquête.

Sur son compte Twitter, le procureur de la République Jérôme Bourrier a en effet indiqué avoir "saisi le service de police judiciaire de Bayonne d'une enquête de flagrance pour destruction volontaire par incendie". Pour le maire d'Urrugne, Philippe Aramendi, le caractère volontaire de l'incendie ne fait aucune doute". "J'ai été appelé à 03H00 du matin et on a constaté que du produit inflammable avait été répandu autour du chapiteau. Heureusement, les pompiers ont rapidement circonscrit les flammes et le chapiteau n'est que partiellement détruit", a-t-il expliqué à l'AFP.

Le maire de la commune basque s'est dit "habité par un sentiment de dépit et surtout de colère". "Il est peut-être trop tôt pour savoir si nous avons affaire à des anti-vaccins mais si c'est le cas, c'est attristant", a-t-il ajouté. "La vaccination ne fait pas l'unanimité mais de là à en arriver à ce genre de faits, c'est inacceptable!". Selon M. Aramendi, la commune espère reprendre le cours normal de sa campagne vaccinale dès mercredi 21 juillet.

Un centre de vaccination déjà pris pour cible dans l'Isère

Coïncidence ou pas, samedi, le Premier ministre Jean Castex s'était pourtant rendu au Pays basque, à Bayonne et à Anglet, pour visiter notamment un centre de vaccination et discuter avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques de la mise en œuvre du passe sanitaire dans ce département, où le taux d'incidence est supérieur au seuil d'alerte. Dans la nuit de ce samedi 17 juillet, un centre de vaccination avait été vandalisé à Lans-en-Vercors dans l'Isère et des inscriptions antivaccins taguées sur le bâtiment.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/