1 min de lecture Justice

Paris : une enquête ouverte contre un street artist de Montmartre accusé de viol

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "viol" et "agression sexuelle" contre le graffeur Wilfrid A après les plaintes de 25 femmes, âgées de 16 à 26 ans au moment des faits.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Paris : une enquête ouverte contre un street artist de Montmartre accusé de "viol" Crédit Image : Capture d'écran Twitter @lamourcourt | Crédit Média : Anne Le Hénaff | Durée : | Date : La page de l'émission
Anne Le Henaff
Anne Le Henaff édité par Quentin Marchal

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "viol" et "agression sexuelle" après les plaintes de 25 femmes visant un street artist parisien, Wilfrid A, dont les œuvres sont principalement visibles à Montmartre, dans le XVIIIe arrondissement de la capitale.

Sa phrase signature, "l'amour court les rues"  fait forcément polémique dans cette affaire où les plaignantes avaient entre 16 et 26 ans au moment des faits. Elles ont chacune rencontré le quinquagénaire pour des raisons diverses, en répondant à une annonce pour une collocation ou en le croisant simplement dans la rue

Me Louise Bouchain, l'une de leurs avocates, raconte la démarche du street artist pour se rapprocher d'elles : "On leur promettait des relations professionnelles futures très réjouissantes, c'est à dire un book, des photos ou encore être égérie d'une marque, c'est comme ça qu'elles sont abordées".

Lors de ces séances photos, le suspect se fait pressant et oppressant, allant même jusqu'au viol. Après avoir longtemps gardé le silence, les plaignantes se sont rendues compte sur des forums qu'elles étaient nombreuses. Alors que l'enquête a été confiée au deuxième district de la police judiciaire, le graffeur assure qu'il n'a ni forcé ni violé personne et qu'il répondra à la convocation de la police.

À lire aussi
Le tribunal judiciaire de Bobigny justice
Homme armé au Blanc-Mesnil : le forcené assure avoir "fait le mariole"

Mais il a quitté Paris pour le moment, car il dit avoir peur, ayant reçu de nombreuses menaces de représailles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Street art Art
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants