1 min de lecture Faits divers

Paris : un livreur Uber Eats accusé de viol par une cliente

Dans la nuit du 5 au 6 août, l'agresseur aurait profité d'une livraison pour entrer à l'intérieur du domicile de la victime et la violer.

Un livreur Uber Eats (illustration)
Un livreur Uber Eats (illustration) Crédit : Koen van Weel / ANP / AFP
Noé Blouin et AFP

Un livreur affilié à la société Uber Eats, un service de livraison de repas à domicile, est accusé d'avoir violé une cliente, dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 août à Paris. Le suspect aurait profité de la livraison pour s'introduire chez la jeune femme et abuser de cette dernière. Une source proche du dossier, contactée par RTL, a confirmé les informations d'Europe 1, avançant que la victime venait de prendre des somnifères au moment des faits.

"Des investigations, notamment des réquisitions" auprès de la plateforme "sont actuellement en cours afin d'identifier et d'interpeller le mis en cause", a ajouté cette source. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour viol, et l'a confiée au 2e district de la police judiciaire (2e DPJ), selon une source policière. 


Le géant américain de la livraison à domicile n'a pas tardé à réagir à la terrible agression. "Les faits rapportés sont effroyables et nous les prenons avec d'autant plus de sérieux et gravité que nous sommes engagés sur la cause des violences sexuelles et sexistes et menons des actions pour lutter contre ce fléau", a réagi auprès de l'AFP un porte-parole d'Uber. "Nous travaillons avec les forces de l'ordre et leur avons fourni toutes les informations dont nous disposons pour avancer dans leur enquête", a-t-il ajouté. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Uber Livraisons
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants