1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Oise : un gendarme ouvre le feu sur un conducteur qui refuse d'obtempérer
2 min de lecture

Oise : un gendarme ouvre le feu sur un conducteur qui refuse d'obtempérer

Le conducteur, "défavorablement connu de la justice", a refusé d'obtempérer à plusieurs contrôles routiers. Un gendarme a ouvert le feu, le touchant à l'épaule.

Les gendarmes vont tâcher de faire la lumière sur cette affaire.
Les gendarmes vont tâcher de faire la lumière sur cette affaire.
Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault
Journaliste

Un gendarme a ouvert le feu dans la nuit de dimanche à lundi à Méru, dans l'Oise, blessant un conducteur à l'épaule. Ce dernier, "défavorablement connu de la justice", venait de refuser d'obtempérer à plusieurs contrôles routiers, a déclaré le parquet de Beauvais.

"Un gendarme mobile a fait usage de son arme à l'occasion d'un refus d'obtempérer aggravé par la mise en danger d'autrui commis par un homme de 39 ans", a précisé la procureure de la République Caroline Tharot. Les jours du trentenaire ne sont pas en danger. 

Tandis qu'il roulait au volant d'une Peugeot 307, le conducteur, "défavorablement connu de la justice", a dans un premier temps refusé d'obtempérer aux ordres des gendarmes, qui lui sommaient de s'arrêter dans le quartier de la Nacre à Méru. L'homme a ainsi poursuivi sa route vers la gare, puis "il a refusé un nouveau contrôle" et "la herse 'stop stick' a été utilisée sans permettre d'immobiliser le véhicule qui a roulé avec des pneus crevés", est-il indiqué.

Deux enquêtes ouvertes

Selon les premières informations, c'est lors d'un troisième contrôle que le véhicule finit par être immobilisé. Toutefois, lorsqu'un gendarme a ouvert la portière, le mis en cause "a redémarré son véhicule et ce malgré la présence des gendarmes à proximité".

À lire aussi

"Un gendarme mobile a alors fait usage de son arme de service, le tir atteignant à l'épaule le conducteur" qui s'est encore "éloigné avant de s'immobiliser vers 1h00 à un autre point de contrôle, après avoir percuté un véhicule de gendarmerie". Le parquet de Beauvais a ouvert une enquête pour refus d'obtempérer "dans des circonstances exposant directement autrui à un risque de mort ou d'infirmité". Celle-ci a été confiée à la brigade de recherches de Méru.

Une autre enquête pour violence avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique, menée par la section de recherches d'Amiens, est également en cours.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/